Villebasse

Je me levai et, frémissant de rage, m'échappai du bar, car je venais de comprendre que si elle l'avait pu, ma ville natale m'aurait certainement radié de quelque chose... de la race humaine de préférence.
Frederick Exley - Le Dernier stade de la soif
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 décembre

Contenu

Roman - Noir

Villebasse

Fantastique - Social - Urbain MAJ lundi 08 novembre 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,9 €

Anna De Sandre
Paris : La Manufacture de livres, août 2021
216 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-35887-779-4

Une ville désespérée la nuit

Villebasse. Une ville ancienne, anciennement industrielle. Depuis la disparition des usines, les habitants vivent, tant bien que mal, dans cette vallée ingrate mais dont ils n'arrivent pas à partir. Entre des étés très chauds et des hivers très froids, chacun se replie sur soi et attend les beaux jours, une éclaircie. Les habitants sont tellement blasés de la vie qu'ils ne se rendent même pas compte - ou alors n'en parlent pas -, que la lune devient, à certains moments, bleue. D'un bleu qui rappelle celui des yeux du chien qui rôde depuis quelques temps en ville. Mais ce chien semble s'occuper des habitants, les réconfortant par sa présence, attaquant parfois un homme méchant qui traîne en ville, le déchiquetant après un viol. Nous allons suivre une jeune femme. Abandonnée par sa mère qui a préféré les rumeurs de la ville, elle a été élevée par son beau-père. Ce dernier est en train de mourir et, même s'il ne la traite pas avec gentillesse, elle s'occupe de lui, reculant un amour et un avenir possible avec un jeune homme. Autour d'elle, nous allons également observer un grand nombre de personnages qui habitent là. Vivotant, jonglant avec les minimas sociaux, des petits boulots de serveuse, de caissière, de manœuvres, chacun essaie de perdurer dans son être.

Le roman d'Anna De Sandre s'appuie sur cette description entre roman noir, éléments fantastiques et touches sociales des déshérités, des exclus, des laissés sur le bord de la route de la Start-up nation, pour non pas raconter une intrigue classique, mais développer par petites touches une description noire, désenchantée et poétique d'une petite ville de province. C'est le chien, lié à cette lune bleue étrange, qui fait office de nettoyeur et de soutien de la vie, protégeant les uns, effrayant les autres, quémandant un peu de nourriture pour redonner de l'humanité aux gens. Il faut accepter d'entrer dans cet univers, dans le style qui parvient à rendre avec poésie la misère et la difficulté, les relations tendues, les échecs de la vie, sans sombrer dans le misérabilisme ou le langage vulgaire, pour apprécier cette Villebasse de haute qualité littéraire.

Citation

Une moisissure sous le papier peint retint son attention : elle avait encore gagné du terrain pendant la nuit. Cette maison, un jour, irait à vau-l'eau, se détacherait comme un radeau d'un ponton et ce serait le seul moyen de faire avancer les choses...

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 08 novembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page