L'Ombre de la nuit

Tu te fous de moi, mais tu me le paieras, pauvre arnaqueur ! Tu savais très bien qu'il n'y avait pas un rond dans le corbillard parce que t'as tout chouré et tu m'as baladé sur une fausse piste. Maintenant, tu t'offres ta pute à gogo avec le flouze, et moi j'ai deux macabs en prime. J'ai failli laisser ma peau à creuser ce putain de trou pour enterrer Léopold et Désiré.
Jean-Paul Nozière - Des manches et la belle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 mai

Contenu

Roman - Noir

L'Ombre de la nuit

Hard boiled - Disparition - Corruption MAJ lundi 08 novembre 2021

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Marco Pianelli
Paris : Jigal, septembre 2021
256 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-37722-140-0
Coll. "Polar"

Une force en action

Paco Sabian ressemble à Clint Eastwood ou, en version plus ancienne, à Lino Ventura. C'est un bloc monolithique, un être froid qui sait où il va et qui ne peut pas se résigner à changer de route lorsqu'il a choisi sa destination. Son passé est trouble même si l'on se doute bien qu'il a appris à se battre, à s'organiser dans des circonstances difficiles et à gérer son stress. Et là, Paco Sabian est en train de faire du stop sous la pluie. C'est alors qu'une jeune femme s'arrête et l'emmène. Il voit bien qu'elle souffre et la fait parler : elle n'est plus la même depuis que son fils a disparu il y a quatre ans dans des circonstances étranges. Alors Paco Sabian plonge son nez dans le dossier que la jeune femme a conservé et y décèle des erreurs. Il comprend qu'il y a quelque chose de vicié dès le départ. Pour en savoir plus, lui et la jeune femme se rendent au poste de police. Ils rencontrent un gendarme qui va lui aussi se poser des questions sur cette affaire. Mais ce qu'ils ne savent pas, c'est qu'un policier corrompu vient de signaler leur démarche, ce qui lance une tentative de faire taire ces personnages et de remettre le boisseau sur la disparition du fils. Commence alors une succession de violences afin de "liquider" les témoins et protagonistes de ce drame. Mais, ce n'est pas très facile quand face à soi, on trouve Clint Eastwood/Lino Ventura...

Voici un roman de Marco Pianelli qui n'hésite pas. Le personnage central arrive dans une petite ville. Il va créer la confusion en cherchant à faire éclater la vérité, puis repartira, sans se retourner, lorsque son "travail" sera accompli tel le héros messianique qu'il est. Entretemps, les cadavres, les violences, feront couler beaucoup de sang et briseront de nombreux os. Le texte avance par cette dynamique d'actions et de réactions, très viriles, avec un personnage qui semble immortel, passant au milieu des balles, s'arrêtant pour se recoudre et repartir à l'attaque, avec une vivacité et une force incessante. Il faut apprécier ce côté fonceur et l'accepter pour profiter d'un livre construit et bien écrit qui file à cent à l'heure.

Citation

La pluie s'acharnait, comme intentionnelle. Elle faisait payer quelqu'un. C'était en tout cas son impression. Il faisait son stop depuis l'aube. Il tombait de quoi noyer un navire. Et maintenant la nuit venait de s'emparer de l'horizon jusqu'à ses pieds.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 08 novembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page