La Mort au tournant

- Tu n'es même pas jolie...
Sidney Lumet - The Offence
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 02 décembre

Contenu

Roman - Policier

La Mort au tournant

Historique - Sportif - Cosy crime MAJ lundi 22 novembre 2021

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,9 €

T. E. Kinsey
Death Around The Bend - 2017
Traduit de l'anglais par Karine Xaragai
Montesson : City, septembre 2021
378 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-8246-1920-0
Coll. "Romans"

L'auto tue

L'ex-aventurière internationale lady Hardcastle et Florence Armstrong, sa fidèle dame de compagnie et narratrice, sont invitées à rejoindre le frère de la lady pour passer une semaine à la campagne dans le lointain Rutland, à Coddrington Hall, le château de son ami lord Riddlethorn. Un séjour d'autant plus attirant que ce dernier a fait construire un circuit où il compte bien procéder à une course de voitures qui servira à lancer sa propre marque, Waterford-Codrington, socle de leur nouvelle écurie de courses. Car depuis qu'elle a acheté sa petite Rover, lady Hardcastle a attrapé le virus de l'automobile... mais la course vire au drame lorsqu'un des prototypes quitte la route, tuant son pilote. Il apparaît bien vite que les freins ont été sabotés... Lorsqu'on découvre un second meurtre, c'est à lady Harcastle et sa fidèle Flo de mettre en route leurs petites cellules grises...

À k-libre, on avait bien apprécié Petits meurtres en campagne, le premier volet de la série de T. E. Kinsey... et on avait tout aussi été déçus par le deuxième. Ce n'est pas ce troisième opus qui remontera le niveau. Les personnages centraux évoquant le grand P. G. Wodehouse ont toutes deux une métahistoire intéressante avec l'évocation de leurs aventures passées, mais l'auteur, après avoir posé ces jalons dans le premier récit, semble ne pas trop savoir que faire de ses aventurières qui se comportent comme les millions de détectives amateurs peuplant les romans à énigme (pardon : cosy mystery, pour pour surfer sur l'air du temps, le roman à énigme, c'est vieux, poussiéreux, bouh ! Mais en voyant cosy mystery, le lecteur est censé être pris d'une envie frénétique d'achat, même si on lui sert toujours la même soupe.) Enfin, il faut toujours noircir de la page en développant des histoires parallèles que subissent des personnages-Ikéa, et cette obsession pour une tasse de thé toute les deux pages finit par évoquer un auteur américain cherchant à faire So British... Une fois de plus, la résolution est tirée d'une énigme retraitable du Roman à énigme pour les Nuls. Déception... Après recherche, si le "dacodac" fréquemment utilisé par un personnage peut sembler anachronique, votre humble serviteur polaromane s'est renseigné : ce n'est pas une des nombreuses inventions linguistiques d'Anthony Burgess pour son génial Orange mécanique (en l'occurrence de sa traduction, d'ailleurs inspirée), c'est effectivement une expression ancienne qui, à l'époque des romans, était déjà tombée en désuétude et donc convient parfaitement ! (Qui a dit qu'on ne se cultive pas en lisant k-libre ?)

Citation

Il passa le restant du trajet à nous détailler avec enthousiasme toutes les choses que nous pourrions faire pour améliorer les performances de notre petite Rover et, à en juger par la lueur dans le regard de lady Harcastle, je compris que dès notre retour à la maison, nous aurions notre propre atelier de mécanique tout équipé.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 22 novembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page