Le Dernier procès de Victor Melki

Vous m'intriguez monsieur Carmichael. Sans être athée je me demande comment vous pouvez localiser l'âme d'une femme et l'ayant fait, la déclarer damnée ?
Josef von Sternberg - Shanghai Express
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 28 novembre

Contenu

Roman - Policier

Le Dernier procès de Victor Melki

Social - Énigme - Procédure MAJ mardi 07 décembre 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,95 €

Sandrine Destombes
Paris : Hugo Roman, octobre 2021
380 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7556-9178-8
Coll. "Hugo thriller"

Justice sauvage

Fatiguée de son métier et menacée d'un burn-out, la commissaire Maxime Tellier est en disponibilité lorsqu'elle reçoit un curieux message. Un faire-part pour l'enterrement d'un certain Christian Maillard à l'église Saint Louis de Grenoble. Sauf qu'elle n'a jamais entendu parler de qui que ce soit de ce nom ! Intriguée, elle se rend sur place pour constater que le défunt n'a pas vraiment rameuté les foules. Le prêtre lui-même ignore qui lui a fait un don généreux pour célébrer ses funérailles, juste que des détails indique que le ou la inconnue était très au courant des procédures. Et le ruban de deuil porte un message particulier : "L'ordalie a parlé, Christian a échoué. Max Tellier." Qui peut bien l'interpeller ainsi ? Qui pourrait bien pratique de nos jours l'ordalie, soit le barbare jugement médiéval de dieu ? Et d'abord, qui se trouve dans ce cercueil ?

Dommage que la quatrième de couverture vende la mèche car, au-delà du mystère initial, le roman emploie un thème déjà bien usité - on pense, au cinéma, à La Nuit des juges ou au puant Au-delà des lois, en roman à La Colère des enfants déchus de Catherine Fradier), même si, sans déflorer, on en prend le contrepied idéologique. Du coup, il n'y a pas grand-chose à dire de ce roman qui témoigne de la science de la narration de l'auteure qui pousse à tourner les pages, même si le rythme est relativement lent sans être long. Si l'enquête en marabout-d'ficelle reste prenante, on regrettera une fin qui ne noue pas tous les fils de l'intrigue et reste un peu trop évasive sur l'organisation de ce pseudo-réseau de justiciers (à suivre ?). Mais les habitués de la série ne seront pas déçus…

Citation

Max avait compris en travaillant à ses côtés que profileur n'était pas un métier à proprement parler. C'était avant tout un état d'esprit. Une capacité à s'abstraire des normes de la pensée.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 07 décembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page