La Ville de plomb

Elle était entièrement nue. Ses jambes écartées indiquaient une heure approximative.
Pascal Dessaint - Les Joies de la famille
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 08 août

Contenu

Roman - Noir

La Ville de plomb

Enquête littéraire - Assassinat - Urbain MAJ jeudi 09 décembre 2021

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 14 €

Jean Meckert
Paris : Joëlle Losfeld, octobre 2021
384 p. ; 19 x 13 cm
ISBN 978-2-07-295624-9
Coll. "Arcanes"

Réédition bienvenue

Nous sommes à Belleville, quartier populaire de Paris s'il en est à cette époque. Nous allons suivre Marcel, jeune dessinateur industriel, qui est amoureux de Gilberte, un peu plus âgée que lui, et déverse ses doutes et espoirs sur le roman qu'il est en train d'écrire, un roman post-apocalyptique qui décrit Paris, détruite par une bombe atomique. La ville est encerclée pour éviter les problèmes, mais les banlieusards essaient parfois de s'introduire dans la ville pour y récupérer ce qu'ils peuvent récupérer. Marcel a un ami, Étienne, qui est lui aussi amoureux de Gilberte. Obnubilé par la sexualité, il "tente" une maitresse plus âgée que lui mais, dégouté, il la frappe sauvagement et la laisse pour morte. Cela ne l'empêche pas de draguer Gilberte. De son côté Gilberte hésite. Fille d'une famille modeste, elle est catholique et elle ne sait qui choisir entre Marcel, Étienne et un homme plus âgée, plus fiable, mais un peu sous la coupe de sa mère. Arrivent alors la découverte du cadavre de la maîtresse, les valses hésitation d'Étienne (doit-il se dénoncer alors que la police se concentre sur d'autres amants qu'aurait pu avoir la femme ?) et les questions que se pose Gilberte, surtout lorsqu'elle découvrira qu'elle est enceinte d'un moment de plaisir avec Étienne.

Jean Meckert est plus connu des amateurs de romans policiers sous le pseudonyme de John (ou Jean) Amila. Il s'essaya aussi à la science-fiction. Tombé un peu dans l'oubli (pourtant son œuvre policière et science-fictive est de qualité), il avait commencé par des romans plus généralistes que Joëlle Losfeld réédite lentement mais sûrement sous l'impulsion de Stéphanie Delestré et de Hervé Delouche. Cette Ville de plomb (le plomb étant à la fois la lourdeur mais aussi un moyen de se protéger contre les radiations) mélange le roman populaire traditionnel (la description des ouvriers et petites gens de Paris, les bourgeois qui se méfient du qu'en-dira-t-on), le flux de conscience du roman moderne (à travers les actions des personnages qui interviennent souvent en contradiction avec ce qu'ils pensent et dont la pensée évolue constamment au gré des réponses des autres), une intrigue policière avec ce cadavre et les hésitations des personnages (faut-il se dénoncer ou alors le dénoncer ?) et des extraits du roman qu'écrit Marcel (et qui renvoie, de manière fantasmée, à ce que vit l'auteur dans la réalité). Ces éléments se répondent de manière intelligente car l'auteur sait raconter une histoire et décrire des personnages et des lieux. Évidemment, il s'inscrit dans la littérature française d'après-guerre et mérite largement cette réédition car il n'a pas énormément vieilli. Au contraire, les doutes des personnages, l'interaction des intrigues, le roman enchâssé dans l'histoire, ressortent bien comme modernes, encore aujourd'hui.

Citation

Depuis quatre jours, il attendait la réponse de Gilberte à sa confession écrite. Chaque soir il était sorti en même temps qu'elle, n'osant l'interroger. Elle restait bonne camarade, c'est-à-dire polie, un peu familière, mais ne lui avait jamais dit une syllabe au sujet de la lettre.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 09 décembre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page