Fata morgana

L'enfant hoche la tête, inquiète, tandis que le vieillard découvre de ses ongles crochus, le cache dissimulé derrière le velours pourpre.
Laurence Fontaine - Noir dessein en verte Erinn
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Carré des indigents
Pour nos lecteurs les plus jeunes, rappelons que le carré des indigents est l'endroit dans un cimetiè...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 28 janvier

Contenu

Roman - Noir

Fata morgana

Social - Immigration clandestine - Trafic MAJ jeudi 13 janvier 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Chika Unigwe
On Black Sister's Street - 2010
Traduit de l'anglais (Nigeria) par Marguerite Capelle
Paris : Globe, janvier 2022
304 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-38361-090-8

Derrière les vitrines rouges

Quatre femmes d'Afrique subsaharienne, pour différentes raisons, décident de quitter leur pays afin de venir en Europe. Certaines ont compris, d'autres moins, mais leur destinée reste identique : elles sont prises en charge par une mère maquerelle et devront se prostituer à Anvers. Elles doivent rembourser la dette de leur venue, et espèrent pouvoir s'en dégager et enfin entamer une vie normale. Parmi elles, Sisi, qui recontre un homme blanc qui tombe amoureux. Alors, elle décide de s'affranchir des règles et de tenter l'aventure de quitter le réseau. Elle sera découverte morte, tuée d'un coup de marteau. Ses trois amies et la mère maquerelle vont pleurer, accuser le choc, mais continuer leurs vies.

L'essentiel du roman de la Nigériane Chika Unigwe ne se situe pas sur le plan du polar (ceux qui chercheraient une intrigue policière en seraient plus pour leurs frais car on ne verra pas les policiers qui, de toute façon, se soucieraient peu d'une femme prostituée, étrangère qui plus est, retrouvée morte dans une ville où c'est monnaie presque courante). Le récit commence avec la mort de la jeune femme, mais remonte le temps et recrée les quatre itinéraires de vie des quatre femmes, en Afrique, puis à Anvers. La description à la fois des conditions qui obligent au départ, puis la vie restreinte en Europe, est montrée sans fard, mais sans pathos : les femmes acceptent leur sort, essaient de résilier, de continuer à vivre malgré l'adversité. Le sort de Sisi arrive de manière brutale mais prévisible, et le lecteur comprend dès le début de quel endroit, de quelle personne exactement, pourraient venir les ennuis. C'est dans la description précise, documentée, du destin de ces femmes, de la violence au Nigeria et des raison qui les poussent à l'exil, de la facilité de faire des responsables du réseau, qui ont l'air de fonctionner comme une bureaucratie parallèle, aussi efficace et amorale qu'une multinationale, que le roman interpelle ses lecteurs.

Citation

Le monde était exactement tel qu'il devait être. Ni plus, ni moins surtout. Elle possédait l'amour d'un homme bien. Une maison. Et de l'argent à elle – tout frais d'un neuf, d'un vert absolument radieux - le seul fait d'y penser la ragaillardit et, sous l'effet d'une bouffée d'excitation, elle se mit à fredonner.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 13 janvier 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page