Le Chant des ténèbres

- Je vous avais cru l'un et l'autre engagés. - Oh, je crains que les goûts du vicomte ne l'aient emporté sur la dot dont M. de Loubières m'avait coiffé.
Christophe Estrada - Hilarion : l'énigme des fontaines mortes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 mai

Contenu

Roman - Policier

Le Chant des ténèbres

Disparition - Guerre - Corruption MAJ mercredi 19 janvier 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,7 €

Ian Rankin
A Song For The Dark Times - 2020
Traduit de l'anglais (Écosse) par Fabienne Gondrand
Le Livre de poche, janvier 2022
536 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-253-24264-2
Coll. "Policier", 32767

Les héros policiers sont immortels (ou presque)

John Rebus vieillit et la vie quotidienne devient compliquée. À tel point que le voilà contraint à déménager. Mais le cerveau tourne toujours autant alors il continue à rester en contact avec son ancienne adjointe. Mais pour l'instant, il la délaisse et part dans le nord de l'Écosse. Sa fille vit là-bas, et elle est en ménage avec un homme qui vient d'être porté disparu. Outre des relations parfois tendues avec sa compagne, l'homme était obnubilé par un camp de rétention pour les ennemis de l'Angleterre, camp qui avait vu passer des suspects de trahison (les descendants d'Italiens ou d'Allemands durant la dernière guerre et, bien sûr les prisonniers de la même guerre). Dans ce camp, il y avait eu un meurtre, celui d'une femme, pour laquelle un soldat avait été exécuté, mais la question de son innocence se pose. Est-ce cela qui explique sa disparition ? Mais il y avait également son envie d'acheter les terres autour du camp pour en faire un musée, ce qui l'aurait mis en porte-à-faux avec des patrons de l'immobilier, dont un certain Scoulard et un lord local. En même temps, son adjointe Siobhan est chargée d'enquêter sur la mort suspecte d'un Saoudien, fils d'une bonne famille, étudiant et play-boy de la faculté. A-t-il été victime d'un meurtrier raciste en cette période de Brexit ? Le fait que sa famille était en délicatesse avec son propre gouvernement a-t-il un rapport ? Toujours est-il que Malcolm Fox, qui est aussi apparu déjà dans les aventures de John Rebus, est chargé par ses services d'épauler Siobhan, principalement pour vérifier les aspects internationaux de l'histoire. Très vite, Siobhan découvre que le mort était lié à des affaires immobilières avec une amie, étudiante dilettante et fille du noble qui possède les terres évoquées plus haut. Se pourrait-il alors que les deux affaires soient liées ? Lorsque Rebus, pour aider sa fille (malgré des relations complexes), fouille et découvre le cadavre du compagnon, les événements ne manqueront pas de se compliquer.

Nouvelle enquête de John Rebus, Le Chant des ténèbres s'inscrit dans la lignée des romans précédents : enquête classique, menée sérieusement, développant les allers-retours auprès des victimes, des témoins et des suspects pour comprendre les raisons du meurtre ; double enquête dans deux endroits différents, qui pourraient se recouper (ou pas). De plus, l'intrigue se double des descriptions et actions des "personnages secondaires" - on retrouve avec bonheur un truand qui essaie, même s'il vieillit, de maintenir son rang d'indépendant face aux menaces des gangs des grandes villes environnantes. Ne pouvant s'appuyer sur John Rebus qui le débarrasse facilement d'ennemis potentiels, il tente dans ce volet de corrompre Fox et par delà sa chef afin de continuer par exemple à être influent. Les enquêtes de Rebus, sont comme les bons vins. Elles se bonifient en vieillissant et, même si les actions diminuent, le personnage central souffrant des divers maux liés à l'âge, sa volonté de se débattre et d'aider, ici sa fille à qui il ne sait trop comment parler, sont une autre façon de relancer le suspense et l'intérêt d'une série toujours de qualité.

Citation

- Tu m'avais l'air d'être dans le camp des gentils, murmura Rebus au cœur de la nuit.
Auquel cas, pourquoi le sort avait-il voulu qu'on l'assassine ?

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 19 janvier 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page