Bobby Mars forever

Le couple, financièrement, est au bord du gouffre. À plusieurs reprises, Marie-Madeleine a cru qu'elle s'en sortirait. En vain.
Agnès Walch - La Marquise de Brinvilliers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 mai

Contenu

Roman - Noir

Bobby Mars forever

Drogue - Urbain - Procédure MAJ mardi 15 février 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Alan Parks
Bobby Mars Will Live Forever - 2020
Traduit de l'anglais (Écosse) par Olivier Deparis
Paris : Rivages, février 2022
406 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-5502-0
Coll. "Noir"

Rock'n roll never die

En 1964, Bobby Mars commence sa carrière de guitariste rock. Il comprend très vite qu'il est trop bon pour son groupe et il va décider d'offrir ses compétences à d'autres groupes dont les Rolling Stones dont il assurera les parties guitare sur un célèbre album avant de se concentrer sur sa propre carrière. Mais dans les années 1960, on découvre aussi les drogues, et Bobby Mars va plonger, détruisant sans doute une part de sa propre motivation. Il va donc partir comme guitariste de studio aux États-Unis avant de revenir auréolé de gloire et d'offrir ses albums solo. Mais il est en perte de vitesse. Nous sommes alors en 1973 et Harry McCoy, un policier de Glasgow, mis sur la touche par Raeburn, son chef, qui le déteste, est envoyé dans un hôtel où a été découvert un cadavre, sans doute mort d'une overdose. Le policier reconnait Bobby Mars et s'il voit bien que la mort est sans doute "naturelle", des indices montrent que des individus sont passés dans la chambre et même que quelqu'un a volé le sac "hippie" que Bobby Mars détenait toujours avec lui. Harry McCoy est d'autant plus ennuyé que parmi les dealers qui ont leur carte d'entrée, il y a Angela qui a été l'une de ses anciennes amies. Ses pas le mènent chez son un chef de bande, où habite parfois Angela. Chef de bande qu'il connait bien. Là, il découvre que l'homme est devenu accro aux drogues et il décide de le sevrer en s'appuyant sur les hommes de main du gangster. Quand, plus tard, il apprend que des photos ont été prises de la dépendance de drogue, photos qui pourraient coûter sa place au gangster, il enquête. Dans le même temps, son ancien chef, Murray, lui demande de l'aide pour retrouver sa nièce qui a quitté le domicile familial. Harry McCoy s'y attelle mais il se pose aussi la question de savoir pourquoi a-t-elle fui. En parallèle, la ville de Glasgow sombre dans l'angoisse car Alice, une petite fille, a disparu. Reaburn va trouver un coupable et le faire avouer. Quelques heures plus tard, ce dernier est retrouvé pendu dans a cellule. Et il va y avoir un problème de taille quand quelques heures plus tard, en se promenant en ville, Harry McCoy va retrouver la jeune fille bien vivante... Il comprend que son enlèvement a sans doute à voir avec le fait que le père travaille en Irlande (alors en pleine guerre civile)...

Ces différentes histoires, ainsi que la vision du monde de Harry McCoy, qui doit faire avec des rebuffades de son collègue devenu chef, vont s'entrecroiser, car le récit est raconté de manière linéaire, chronologiquement, développant les enquêtes variées que le policier essaie de résoudre les unes en même temps que les autres. Tout ça permet aussi de développer les problèmes de McCoy, ses obsessions, sa soif de justice, mais en même temps son côté suicidaire. De raconter aussi les soucis d'autres personnages comme Wattie qui tente de bien faire mais se retrouve coincé par ses fidélités et par la "méchanceté" des autres. Menacé à chaque page, avec une fin qui révèle qu'il s'est peut-être trompé et n'a pas tout saisi dans au moins une des affaires, Bobby Mars forever, continue avec force et intelligence (notamment dans ce déplacement du kidnapping d'une petite fille, qui évite de virer à une sombre histoire de pédophile) la série entamée par Alan Parks, et où l'arrière-plan historique et paysager est raconté de manière vivante.

Citation

L'idée que lui-même soit en train de devenir comme ces policiers qu'il détestait, ceux qui choisissaient la facilité, qui ne faisaient pas de vagues, continuait de le tourmenter. L'impétuosité de Wattie lui rappelait la sienne quelques années plus tôt.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 15 février 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page