Le Blues des phalènes

L'un des rêves récurrents du Conde était qu'il existait à La Havane un bar où l'on connaissait ses préférences éthyliques.
Leonardo Padura - Mort d'un chinois à La Havane
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 mai

Contenu

Roman - Noir

Le Blues des phalènes

Économique - Historique - Social MAJ dimanche 06 mars 2022

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Valentine Imhof
Rodez : Le Rouergue, janvier 2022
478 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-2282-3
Coll. "Noir"

L'autre côté du rêve

Nous allons suivre quelques personnages dans l'Amérique du Nord des années 1930. Tous sont poursuivis par des remords, par la mort qu'ils ont provoquée, ou qui s'est acharnée autour d'eux. Au point de départ, la Première Guerre mondiale et deux événements qui ont touché profondément le Canada et les États-Unis. D'une part, dans le port une gigantesque explosion due à la collision de bateaux bourrés d'explosifs et de matières inflammable a détruit la ville de Halifax en Nouvelle-Écosse. D'autre part, un des soldats impliqués dans le conflit est revenu et a transmis à de nombreuses personnes ce que l'on appellera la grippe espagnole, provoquant une hausse brutale du taux de la mortalité. Les personnes qui vont être décrites sont différentes : un soldat qui a décidé de vivre seul, dans la nature, comme un survivaliste ou un adepte de Thoreau, une Indienne qui voit l'administration détruire ses moyens de vivre, un adolescent qui a fui sa famille après avoir écrasé la tête de son beau-père et qui vit avec une bande, sautant de train en train pour gagner un endroit plus calme, enfin, une femme qui croit devenir une vedette et se retrouve à servir dans un bar louche et sans doute devra-t-elle se prostituer pour survivre. Derrière le rêve américain, nous allons suivre les trajectoires d'acteurs du peuple, de gens simples, de ceux qui essaient simplement de vivre ou de survivre dans un monde qui n'est pas forcément fait pour eux, à l'image d'une scène centrale du roman où l'on découvre un personnage s'interrogeant sur les raisons pour lesquelles on détruit la nature rocheuse afin de sculpter des têtes de présidents américains, au mépris des minorités et de l'endroit, comme pour appuyer sur cette histoire qui ne sert que les gagnants.

Construit de manière ingénieuse, à la fois parce que le récit ne respecte pas l'ordre chronologique des événements, et parce qu'il passe d'un personnage à l'autre, glissant par des indices subtils que parfois des liens les unissent, Le blues des phalènes ne contient pas, au sens strict une histoire policière, mais se révèle être un roman noir dans la mesure où il joue avec les "classes sociales", les petites gens, les rêves qui se brisent devant la réalité, devant la férocité des possédants qui utilisent les "chiens du capital" pour les faire taire. C'est l'histoire des cabossés de la vie, des perdants magnifiques, des gens qui tentent de se construire malgré la vie, les remords ou leurs propres démons. Parfois, ça réussit, souvent ça échoue, mais ça crée un roman de Valentine Imhof envoûtant et fort, qui décrit une page d'histoire racontée de l'intérieur, à hauteur d'être humain, servi par un style fort et prenant.

Citation

Jane a fermé les yeux et oscille légèrement d'avant en arrière dans l'anticipation du confort et de la délivrance qui ne sont plus maintenant qu'à une cinquantaine de mètres. Elle ne sent plus ses pieds, mais continue d'avancer, lentement, petit fragment de cette cohorte sombre et résignée.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 06 mars 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page