Edson

Il ne s'agit pas d'un film, ni d'un jeu vidéo. Les types tirent à balles réelles.
Annabelle Demais - Rose sang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 17 mai

Contenu

Roman - Noir

Edson

Social - Musique MAJ mercredi 10 février 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Bill Morrissey
Edson - 1996
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Luc Baranger
Muret : Zanzibar, janvier 2010
266 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35931-032-0
Coll. "Vineland"

Actualités

  • 22/01 Musique: Bill Morrissey à Paris
    Il est connu aux États-Unis pour être "le meilleur connaisseur de la musique folk contemporaine", "la mémoire vivante de ce style musical". Mais l'on parle bien d'une connaissance de l'intérieur puisque Bill Morrissey est auteur-compositeur interprète. Auteur de nombreuses chansons, il a également enregistré plusieurs albums... et publié un roman. Un unique roman paru en 1996 outre-Atlantique, aujourd'hui quasiment introuvable parce que Bill Morrissey a racheté les droits à son éditeur américain - un roman dont les éditions Zanzibar ont réussi, à force de persuasion, à obtenir de l'auteur les droits de traduction en français. Ainsi les amateurs de romans noirs peuvent-ils désormais lire Edson (traduit de l'américain par Luc Baranger, éditions Zanzibar, janvier 2009, 240 p. - 20,00 €.).
    Ne se produisant que très rarement en public, Bill Morrissey sera cependant à Paris pour accompagner la sortie de son livre et donnera deux concerts exceptionnels les 23* et 24** janvier, à ne pas rater sous peine de n'avoir plus avant longtemps l'occasion d'écouter en "live" cet artiste rare...

    * Concert du samedi 23 janvier à 20 h 30
    Cinéma Jean Vigo
    1, rue Pierre et Marie Curie
    92230 Gennevilliers
    Réservation au 01.40.85.48.80

    ** Concert du dimanche 24 janvier à 17 h 30
    La Pomme d'Ève
    1, rue Laplace
    75005 Paris
    Tél. : 01.43.25.86.18
    Liens : Bill Morrissey |Luc Baranger

Épiphonie

Quand Henry rentre de sa saison de pêche, son premier réflexe est de s'acheter des cigarettes, son second de se servir un verre, son troisième de se mettre au lit. Il n'a plus l'âge pour partir en bateau, soulever des filets et se prendre les méduses en plein visage. D'ailleurs, il n'a pas vraiment d'âge, il se sent juste usé. Et quand il se sent usé, Henry revient toujours à Edson, cette petite ville du New Hampshire qui vit grâce à son usine de chaussures et aux quelques bars dont il est l'un des habitués. Habitué au comptoir après l'avoir été à la scène. Même si les plus jeunes ne s'en souviennent pas, il était un songwriter reconnu. Il a même enregistré deux albums et un troisième qui n'a pas convaincu sa maison de disque et a marqué la fin de sa carrière. Sa guitare, une Épiphone tachée de sueur et de bière, est rangée dans son étui sous son lit, destinée à y finir ses jours. À moins que... À moins que Caroline, sa jeune voisine ne parvienne à le persuader de remplacer les cordes. À moins que Tyler Beckett, chanteuse en pleine gloire et vieille connaissance, arrive à le convaincre de lui écrire des chansons. À moins qu'il parvienne à oublier son divorce et à ouvrir de nouveau son étui.

Bill Morrissey, figure de la folk américaine, nous offre une chanson de deux cent soixante huit pages, une ritournelle qui vous reste en tête, mais pas de celles que l'on a envie de chasser. Une de ces chansons qui vous imprègnent, vous collent à la peau et vous donnent un bain de cette Amérique dont on ne parle jamais, celle qui est loin du showbiz et de ses concessions. Un trou perdu en Amérique, des rafales de neige, quelques parties de chasse, un chanteur qui a rangé sa guitare, quelques débits de boissons et des gens qui se demandent s'il est permis d'y croire encore.

Citation

Dos à la ville, paumes offertes de chaque côté du corps, les épaules éternellement haussées, la Madone accueillait chaque nouvel arrivant dans une pose qui semblait dire : Bienvenue à Edson. Mais désolée, je n'y suis pour rien.

Rédacteur: Gilles Marchand vendredi 22 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page