Le Papillon de verre

Ce soir, vingt-deux heures. Le temps serait long jusque-là. Très long.
Jean-Luc Bizien - Justin Case 3. De poussière et de sang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 mai

Contenu

Roman - Policier

Le Papillon de verre

Vengeance - Artistique - Domestique MAJ mardi 15 mars 2022

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Katrine Engberg
Glasvinge - 2018
Traduit du danois par Catherine Renaud
Paris : Fleuve, février 2022
410 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-265-15502-2
Coll. "Fleuve noir"

Vengeance longuement mûrie

La vie pourrait être routinière pour l'équipe policière en charge d'enquêtes du côté de Copenhague. Bien sûr, il y a Anette, en congé maternité, mais qui a bien du mal à quitter le métier et est même prête à mentir à son mari pour mener quelques investigations. Il y a son collègue Korner, qui vit un divorce particulièrement pénible et essaie de renouer avec l'amour (mais il a choisi une solution compliquée : tenter une aventure avec une autre collègue). Toujours est-il que voilà un nouveau meurtre qui va relancer leur travail : une femme a été trouvée, morte, nue dans une fontaine. Tout porte à croire qu'elle a été tuée par un appareil moyenâgeux qui servait à faire des saignées. Qui a pu se rendre coupable d'un crime aussi odieux, laissant mourir à petit feu une personne, en la regardant se vider de son sang ? Une deuxième victime, puis une troisième, vont aider à clarifier l'enquête car, à force de recoupements, un lien entre les premières victimes semble apparaître. Toutefois, le nombre de suspects reste important car il reste des zones d'ombre derrière l'origine de cette vengeance sanglante, et les rares témoins sont bien silencieux quand ils ne cachent pas des secrets, dont on ne sait le rapport exact avec les victimes.

La série policière de la Danoise Katrine Engberg s'écrit de manière extrêmement classique : les personnages sont des policiers qui vont à la fois vivre leurs enquêtes et leur quotidien, avec des failles. Le récit est mené en maintenant le suspense et en offrant des fausses pistes autour de suspects crédibles, d'un tueur qui crée un rite dont on ne sait pas s'il est l'ouverture d'une série ou, plus simplement, une forme de vengeance. L'enquête permet à la fois de raconter l'histoire principale, de développer quelques contre-intrigues, de prendre le temps de décrire les personnages. L'ensemble propose une histoire bien construite mais qui reste sage et cadrée, un peu trop prévisible, qui n'empêche cependant pas une lecture agréable. Katrine Engberg nous emmène par la main pour découvrir une intrigue malicieuse.

Citation

Le bon côté de l'ajmaline, c'est qu'il agit vite : l'arrêt cardiaque aurait lieu presque instantanément. Elle connecta la seringue au cathéter, consciente qu'elle aurait à peine le temps de cacher la seringue avant que l'alarme du scope ne se déclenche.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 15 mars 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page