L'Étrange traversée du Saardam

Elle n'était pas nue, cette fois-ci, ni attachée au vieux fauteuil de gynécologue. Le psychopathe qui la séquestrait fouillait parmi des instruments disposés sur une table d'appoint rouillée.
Sebastian Fitzek - Le Briseur d'âmes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 27 septembre

Contenu

Roman - Thriller

L'Étrange traversée du Saardam

Historique - Huis-clos - Maritime MAJ jeudi 17 mars 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Stuart Turton
The Devil and The Dark Water - 2020
Traduit de l'anglais par Fabrice Pointeau
Paris : Sonatine, mars 2022
581 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35584-875-9

Toutes voiles dehors, sus à l'ennemi !

Nous sommes en 1634. La compagnie des Indes hollandaises vient de décider de nommer le gouverneur de l'île de Batavia à sa direction. Il doit revenir en emmenant comme prisonnier, Samuel Pipps, l'un de leurs employés, utilisé comme (célèbre) détective, mais qui aurait trahi au profit de compagnies étrangères. Le gouverneur s'embarque avec sa femme, leur fille et sa maîtresse à bord du Saardam. Le détective Samuel Pipps est mis à fond de cale ainsi que Hayes, l'homme qui le surveille, mais qui est également son ami. Le Saardam ne voyage pas seul, mais avec un convoi d'autres vaisseaux. Avant même le départ, un charpentier du bateau, devenu lépreux, les apostrophe et leur prédit un voyage maudit. Ensuite, il s'immole par le feu. C'est alors que l'équipage embarque. Parmi les passagers, un prédicateur et chasseur de sorcières qui annonce que le démon, un certain Old Tom, est du voyage. Hayes est inquiet et pas seulement car il pense que seul Samuel Pipps serait à même de les sauver s'il n'était coincé et mis aux fers. Non, parce que Hayes a déjà été victime de ce même Old Tom alors qu'il était enfant : le démon a tué son père. Sur le bateau, les esprits s'échauffent entre les tempêtes et les diableries qui commencent (les animaux du bord meurent mystérieusement, une lampe semble flotter sur la mer et les suivre), et qui font qu'une secte diabolique se réunit dans les cales. Il y a également les tensions qui montent parmi différents groupes - les marins, rudes à la tache et menés d'une main de fer, les mousquetaires du gouverneur et les simples passagers -, voire parmi les individus, chacun ayant des buts différents. Le manque de nourriture, les questions pour déceler qui est possédé ou passé du côté des forces obscures empoisonnent les relations, d'autant que le gouverneur a fait venir à bord deux cargaisons étranges, dont personne ne sait rien. Lorsque certains humains commencent à disparaître et que l'on retrouve le corps du chasseur de sorcières, l'ambiance devient encore plus électrique, surtout que la tempête a séparé les vaisseaux et que le Saardam manque de tout.

Stuart Turton nous propose un roman d'aventure où l'on voit arriver un détective pré-Sherlock Holmes qui doit mener difficilement une enquête complexe avec des sorcelleries, et des enjeux de pouvoir et d'argent importants. Le huis-clos qu'est un bateau, avec toutes les possibilités utilisées (île déserte, tempêtes, vie de bagarre...) sert d'écrin à une histoire qui jongle avec le passé, avec des faux semblants, avec des traîtres et des assassins mystérieux, avec un meurtre en chambre close et des diableries qui trouveront une explication rationnelle. Plus que le détective c'est son adjoint qui est au cœur de l'histoire, entre passion amoureuse, trésors cachés, inventions qui pourraient révolutionner le monde et sorcelleries diverses. Le tout crée un roman entraînant, vivant qui, tout en restant de facture classique, est un très bon page-turner.

Citation

Elle avait été ligotée à une section du Saardam échouée sur la plage. Les nœuds étaient serrés et le morceau d'épave trop lourd pour qu'elle puisse le bouger. Elle n'avait pas dû être inconsciente plus de deux heures car le ciel était toujours sombre et leur feu continuait de brûler.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 17 mars 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page