Eye track

- Marc était bon tireur. - C'était une grande gueule qui croyait bon tireur. Entre les deux, il y a une tombe.
Michael Winner - L'Homme de la loi
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 27 mai

Contenu

Roman - Noir

Eye track

Social - Scientifique - Dystopie MAJ jeudi 21 avril 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 8,9 €

Sébastien Rutés
Serres-Morlaàs : In8, septembre 2021
102 p. ; 12 x 19 cm
ISBN 978-2-36224-124-6
Coll. "Faction"

Souriez, vous êtes filtrés

2020. Dans les rues de Paris, une manifestation plus violente que les autres. S'y croisent Margaux, jeune militante Femen, Lucas, un photojournaliste, et Romain, un flic chargé de contenir les manifestants. En 2042, on les retrouve, ainsi que leurs enfants, dans une société qui a évolué vers une surveillance de tous les instants, assurée par les lunettes Eye-Track qui filment tout, et filtrent le réel selon ce que les citoyens ont le droit de voir. Pris dans un incident, deux de ces jeunes adolescents, Thémis et Thomas vont devoir s'enfuir, et tenter de retrouver leur liberté dans ce monde oppresseur.

Destinée aux jeunes lecteurs de douze à quinze ans, la collection "Faction" entend leur proposer de courts romans, souvent durs, traitant de problèmes contemporains et, parmi les premiers titres parus, Eye Track de Sébastien Rutés, est sans nul doute le plus noir. S'inspirant de l'actuelle dérive de nos sociétés vers un contrôle généralisé obligeamment accepté par ceux-là même qui devraient chercher à le fuir en échange de joujous technologiques, jusqu'à tolérer une vision floutée, tronquée du monde, selon la volonté des pouvoirs en place à l'aide de lunettes obligatoires, son roman brosse à gros traits un avenir qui, par certains aspects, pourrait être plausible. Car dans les cent petites pages d'Eye Track se jouent des problématiques essentielles : la liberté, le conformisme, la censure principalement, mais également l'importance de l'art, l'exclusion, la place des femmes, les violences policières. C'est beaucoup, sans doute un peu trop, et certains aspects sont juste survolés alors que le rythme s'accélère. Il y avait dans ce roman matière à pousser plus loin encore les compteurs de la dystopie oppressante dont les fameuses caméras/visières/œillères sont ici le symbole : les caméras des Eye-Tracks enregistrent, mais ne comprennent rien, le regard observe, mais ne voit rien. Mais dans une production qui à tendance à déliter la moindre idée sur des centaines de pages, reprocher sa concision à Sébastien Rutés serait un peu injuste, et c'est au contraire grâce à cette brièveté frustrante, au service d'un ton désespéré, que ce roman fait mouche. No Future !

Citation

La technologie de suivi oculaire qui permet d'activer les fonctions des lunettes par commande visuelle contrôle aussi qu'on regarde toujours au bon endroit, par exemple en traversant la route. On peut même embellir le réel en y ajoutant des filtres, des cadres, des émoticônes de toutes sortes. C'est la réalité augmentée.

Rédacteur: Jean-François Micard jeudi 21 avril 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page