L'Évangile de la colère

Le fait qu'Elvis ait voulu tuer John Wayne laissait perplexe. Qu'il ait tenté de violer Marilyn Monroe semblait moins invraisemblable mais les témoignages restaient opaques et de toute façon elle couchait avec tout le monde.
Yves Hugues - Pâle copycat
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 mai

Contenu

Roman - Thriller

L'Évangile de la colère

Tueur en série - Ésotérique - Artistique MAJ jeudi 21 avril 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,95 €

Ghislain Gilberti
Paris : Hugo Roman, avril 2022
570 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-7556-9381-2
Coll. "Hugo thriller"

Des cadavres dans une ronde macabre

Nous connaissions les quatre évangiles canoniques (les plus connus), et les spécialistes se passionnent pour d'autres "signés" par certains personnages bibliques, mais il convient à présent d'y associer aussi ce dernier volet, proposé par Ghislain Gilberti. Le nom suffit presque à lancer le thème du roman, même s'il faudra quelques morts aux forces de police pour comprendre ce qui se cache derrière cette suite d'assassinats. Seth Kohl vient d'être nommé chef de groupe, et il a récupéré une adjointe, Cécile, qui a un lourd passé. Seth n'est pas, lui-même, très en forme car il est poursuivi par ses propres démons (ancien drogué sous couverture, il a été trahi par ses chefs qui se sont servi de lui pour leurs bénéfices, et il entend les démasquer et se venger). Toujours est-il que c'est quand même à son groupe de s'occuper d'une nouvelle affaire : l'enlèvement d'un petit garçon de six ans qui sera vite retrouvé assassiné, le corps vidé de son sang. Puis c'est au tour d'un agriculteur d'être découvert mort, et le coupable a laissé des traces ADN qui relient l'affaire à la précédente. Enfin un antiquaire est écrasé par son stock et, toujours, des indices ADN confirment que ce n'est pas un accident et que l'on a affaire au le même tueur. Tout est difficile car il n'y a aucun rapport entre les différentes victimes qui pourrait indiquer une quelconque piste. Heureusement, Seth Khol arrive à comprendre le lien : il est principalement dans la mort à chaque fois différente des victimes car le tueur tueur de reconstituer une danse macabre, ces fresques du Moyen Âge qui montraient la mort prendre les différentes catégories de la population européenne. Mais qui peut bien avoir ce genre d'idées ? Agit-il de manière solitaire ? Qui sera la prochaine victime ? Le temps compte et l'opinion publique ne risque-t-elle pas de s'impatienter ?

Ghislain Gilberti a écrit plusieurs romans noirs, extrêmement noirs, et ce dernier opus ne rompra pas avec la tradition. Si l'on retrouve quelques personnages d'autres romans, ce texte raconte une histoire particulière qui peut se lire indépendamment. Le roman est très classique dans son intrigue : un tueur en série d'un genre particulier (avec des zones d'ombre et des rebondissements) et la course poursuite des policiers pour comprendre ses motivations ou ses fantasmes avant de l'arrêter, des policiers qui ont eux-mêmes de nombreuses failles dans leur vie personnelle, le tout interférant avec l'enquête. L'auteur parvient, au sein d'une longue intrigue, touffue et construite avec soin, à écrire une histoire qui tient en haleine, et emporte la conviction.

Citation

Tandis qu'ils approchent de la porte d'entrée, un utilitaire noir aux vitres teintées ralentit et passe devant eux. Heureusement que Seth a la tête tournée vers la capitaine Fauvel et la chaussée : il a le temps de voir la porte latérale s'ouvrir brusquement sur quatre hommes armés, cagoulés, équipés de fusils d'assaut.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 21 avril 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page