Noir désert

Elle est déjà partie, agrippée au bras solide de son père qui la ramène à l'intérieur pour attendre le jugement dernier.
Ben H. Winters - Dernier meurtre avant la fin du monde. 2, J-77
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 04 juillet

Contenu

Roman - Espionnage

Noir désert

Ethnologique - Corruption - Trahison MAJ jeudi 21 avril 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,15 €

Marc Ruscart
Paris : Rivages, mai 2011
222 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2234-3
Coll. "Noir", 822

Du ciment sous le désert

Marc Ruscart nous propose une escapade de sept jours à Achkhabad, capitale du Turkménistan, en compagnie de deux espions qui s'estiment et s'apprécient (à moins que ce ne soit l'inverse), le Français Le Floch (DST) et le Russe Alex (SRB). Il y a entre les deux hommes un reliquat de rivalité concentré autour de la figure d'Irina, une jeune femme que le Français a ravie par le passé au Russe, avant qu'elle ne soit assassinée. Et c'est un nouvel assassinat, celui d'Evgueni, qui les réunit à nouveau dans un pays grand producteur de gaz naturel, qui n'est pas le parfait exemple de la démocratie. Le nom de son dirigeant, Saparmourad Niazov, ne sera jamais prononcé. Il sera uniquement question du Président. Sur fond d'espionnage et de relations tendues entre ambassades, grandes entreprises corruptibles et politiques corrompus, une enquête violente s'installe en même temps qu'une visite très intéressante du pays. Marc Ruscart est un excellent guide. On comprend très vite qu'il connait très bien cette ancienne république soviétique et les rouages qui l'animent. Sur une structure narrative très classique, empreinte d'une jolie culture (cinématographique glissée çà et là, ou à partir de citations essentiellement littéraires en exergue de chapitres, et qui font sens), il dévoile une intrigue faite de faux-semblants avec une quantité non négligeable de personnages troubles qui ont tous un intérêt particulier dans ce vaste jeu qu'est la guerre des pouvoirs (France, Russie et Chine). Le Floch et Alex sont des espions incontrôlables suivis à distance par plusieurs agents tout aussi incontrôlables d'officines multiples. Parmi eux, Viktor, une âme damnée qui élimine plusieurs cibles selon un même mode opératoire, Rose (ou Raouchan), femme fatale par excellence, qui offre son amour avec beaucoup de fureur et a développé une certaine assurance lorsqu'elle promet beaucoup (trop), et un croque-mort (l'agent qui n'agit pas mais qui observe) et dont on se demande qui il est et pour qui il travaille. Il sera beaucoup question de trahisons, de sentiments, d'alcools, de témoins indésirables facilement exécutés et de routes de sable qui amènent à des palais de béton made in Bouygues. Mais il sera aussi question d'Histoire, de culture, de chevaux de la race Akhal-teke, de fausses désinvoltures, et de blessures qui ne guériront jamais. Le jeu diplomatique in et off est un jeu qui demande beaucoup de froideur et très peu d'émotions. Ce roman de Marc Ruscart ajoute beaucoup trop de sentiments pour qu'il ne soit pas biaisé. Et nul doute que c'est justement ce qui a intéressé cet écrivain talentueux.

Citation

Ça manque d'eau, partout. Faut refaire les tuyaux de tout le pays... Une fortune. Faudrait élire un plombier. Pas un dictateur. C'est ce qu'on disait avec Evgueni. Un chef plombier.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 21 avril 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page