Terra Nullius

Ainsi, une espionne déguisée en religieuse possède, avec sa cornette, à la fois une excellente couverture et une merveilleuse cache.
Philippe Valode - Espions et espionnes de la Grande Guerre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 28 novembre

Contenu

Roman - Policier

Terra Nullius

Social - Assassinat - Whodunit MAJ samedi 07 mai 2022

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Victor Guilbert
Paris : Hugo Roman, mars 2022
346 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7556-9395-9
Coll. "Hugo thriller"

Classique ou moderne ?

Jimcaale, dix ans, se prend pour un super-héros, même si sa Gotham s'appelle bidon. Car Jimcaale habite ce qu'on appelle la Terra Nullius, une immense décharge à ciel ouvert à la frontière franco-belge où vit tant bien que mal une véritable Cour des miracles de miséreux. Heureusement, Jimcaale va mettre la main sur un trésor qui mettra à l'abri du besoin toute cette faune. Du moins le croit-il jusqu'à ce qu'une béquille de moto perdue s'abatte sur son crâne, mettant fin à ses rêves en le plongeant dans le coma... C'est l'occasion pour l'inspecteur Hugo Boloren d'intervenir, et ce même s'il a perdu sa "bille", nom qu'il donne à cette espèce de muse qui l'aide à mettre le mystère K.O. De plus, sa mère souffrant d'Alzheimer compte sur lui... Hugo Boloren va néanmoins découvrir le Ch'nord et ses bières, mais aussi ce no man's land improbable gouverné par Mani, la matrone obèse. Quel était ce fameux trésor que Jimcaale espérait trouver ? Cette appellation était-elle une simple métaphore ? Et quel est ce fantôme noir tout de cuir vêtu qui hanterait la décharge ? Le meilleur ami de Jimcaale, Gao Cheng, également dans le coma, peut-il vraiment intercepter ses rêves ?

Dans le monde assez conservateur du polar, tout tient dans l'art d'offrir quelque chose de légèrement différent, mais pas plus pour ne pas trop choquer. (A fortiori pour obtenir un prix prestigieux lorsqu'on n'a pas la force de frappe de Galligrasseuilmichel derrière soi.) Ici, il s'agit du personnage central relevant du détective excentrique, lointain cousin du Aloysus Pendergast de Douglas Preston et Lincoln Child (en moins énigmatique) avec sa "bille" en place des petites cellules grises d'Hercule Poirot. Quant à ce décor de décharge monumentale servant de microcosme digne d'une Cour des miracles moderne, avec un chien à collerette nommé Mégaphone, un Cambodgien retors, un couple d'Hindoues et une matriarche fellinienne, il n'eût pas déplu à feu Pierre Siniac (celui de Luj Inferman' et la Cloducque). Car pour le reste, on est dans du classique polar d'enquête avec même une confrontation finale des suspects ! En revanche, cette résolution est magistrale tant elle noue tous les fils de l'intrigue, et même d'autres qu'on ne soupçonnait pas : les usineurs de néo-roman à énigme, pardon, cosy mystery poussiéreux suivant une formule usée jusqu'à la trame peuvent s'en bouffer les phalanges jusqu'au coude... Reste l'écriture, évocatrice en diable pour l'atmosphère déliquescente de cette décharge écrasée de soleil et se permettant des pointes du plus beau noir. Il n'y a pas, ce mélange entre classique et moderne n'est pas sans charme...

Citation

Rien ne laisse deviner toute cette détresse depuis l'extérieur de ce camp qui longe une route rarement empruntée. Une départementale qu'on évite à moins que le GPS nous y oblige et un décor qu'on prend soin de ne pas voir quand on le croise parce que c'est désagréable de se figurer ce qu'il y a derrière. De toute façon, ça dépasse l'imagination.

Rédacteur: Thomas Bauduret samedi 07 mai 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page