Les Voleurs de mémoire

Je n'ai aucun moyen de me renseigner sur Ricardo. Comment joindre un agent secret ? Les gouvernements, les ambassades répondent immanquablement qu'elles ne comprennent pas de quoi l'on parle.
Maxime Vivas - Rouges les collines de Caracas
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 03 octobre

Contenu

Roman - Noir

Les Voleurs de mémoire

Social - Enquête littéraire - Guerre MAJ lundi 09 mai 2022

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Jean Contrucci
Bordeaux : Hervé Chopin, mai 2022
254 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-35720-680-9

Reconstruire son histoire

Pierre Désautel, vieux journaliste marseillais, vient de perdre ses grands-parents, et a hérité de la maison familiale un peu à l'écart de la ville. C'est l'occasion pour lui de se souvenir de son enfance durant la guerre. Son père était prisonnier en Allemagne et il n'est jamais revenu, sa mère travaillait dans un cabinet d'avocat en ville et laissait son fils à la campagne, entre les grands-parents et une grande tante, et a disparu sans que l'on sache tout à la libération. Mais ce retour aux sources va être l'objet de questions. Quand tout d'abord, dans une malle, il découvre des papiers et des lettres. En les lisant, il comprend que les relations entre ses parents n'étaient pas au beau fixe, et que le deuxième grand-père, qui vivait en Algérie, était en profond désaccord avec le côté maternel. Les premières informations laissent penser que le père est bien parti combattre, mais pas forcément dans l'armée française. De plus, lors de l'enterrement, il découvre que finalement sa mère a bien été enterrée dans le caveau familial, sans qu'il le sache, et qu'elle est même morte à la fin de la guerre. Quelques indices suggèrent qu'elle aurait participé à la collaboration verticale... Du coup, notre journaliste, qui de toute façon avait pour ses articles travaillé sur des problématiques liées à la Seconde Guerre mondiale, renoue avec des connaissances et plonge dans les archives pour essayer de comprendre ce passé que sa famille lui a caché. Sa grande tante encore vivante est bien silencieuse sur les événements, mais un journaliste c'est parfois tenace.

Le roman de Jean Contrucci n'est pas policier au sens strict du terme (même s'il y aura dans le cours de l'intrigue un cadavre déterré qui révélera bien des choses), mais est à travers l'histoire familiale du personnage principal un retour en forme de quête sur la période de la Deuxième Guerre mondiale. Les secrets de famille cachent bien des surprises, et pas forcément des mauvaises. Tout ça permet de reconstituer un pan d'histoire, à travers le destin d'une famille, de choix divergents, au fil de l'enquête du descendant pour reconstituer un passé dans toute sa complexité. Les personnages qui apparaissent comme des gens "bien" ou qui semblent avoir emprunté une autre voie plus obscure se révèlent plus complexes que prévus et surtout Jean Contrucci sait construire une histoire, dresser des personnages qui sont plus des silhouettes (on notera les deux grands-parents par exemple qui, sans rien dire, ont réglé bien des situations) pour que le lecteur passe un agréable moment de lecture, apprenant deux-trois choses au fil d'une lecture plaisir malgré le poids de l'Histoire.

Citation

J'allais avoir cinq ans, en ce printemps 1944. Accroupi sur les tomettes de la cuisine, la tête dans mes mains, les coudes posés sur mes cuisses maigrelettes, je suivais la scène 'd'en bas', sans en perdre un détail.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 09 mai 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page