Mécanique mort

La procédure grouille de cas d'hommes qui affirment avoir été jetés dans la Deûle par un inconnu, ou violentés à proximité du canal.
Tomas Statius - Les Morts de la Deûle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 03 octobre

Contenu

Roman - Noir

Mécanique mort

Social - Drogue - Trafic MAJ jeudi 12 mai 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Sébastien Raizer
Paris : Gallimard, mai 2022
402 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-07-298284-2
Coll. "Série noire"

Retour au pays.

L'action se déroule dans la région de Thionville, quelques années après les événements racontés dans Les Nuits rouges. Les remous provoqués par le premier volet sont quasiment apaisés et le monde s'est reconstitué. Keller continue à être un policier exemplaire, c'est-à-dire qu'il surveille les différents gangs qui se partagent le monde de la drogue pour éviter que cela ne fasse trop de vagues, et que la situation reste gérable pour apaiser cette région en déclin économique. Mais la situation est fragile car la dealeuse locale est soumise à une pression constante de ses fournisseurs qui voudraient introduire une nouvelle drogue, qui rend accro rapidement mais qui tue tout aussi facilement. Et, bien sûr, tout ça risque de rompre le fragile équilibre de cette région. D'autant plus qu'au-dessus de nouvelles forces veulent s'installer comme ce mafieux qui entend créer de nouvelles façons de gérer le business et ce représentant des forces pharmaceutiques ; ensemble, ils entendent s'emparer du pouvoir économique en s'appuyant sur des forces légales et illégales... du moment que cela rapporte. Tous ces individus et groupes sont donc là, l'arme sur la couture du pantalon, prêts à lancer une guerre désastreuse, mais qui devrait les enrichir. Il suffit cependant d'un élément anodin pour que tout explose. Or, cet élément va arriver en la personne de Gallois, celui qui a déjà fait exploser le consensus trois ans plus tôt afin de venger son père, syndicaliste assassiné. Parti se réfugier en Asie, il revient sans trop bien savoir pourquoi. Mais, à peine arrivé, un journaliste annonce son retour de manière déguisée. Quelques heures plus tard, il manque d'être tué, et des hommes de main s'emparent d'un voisin de chambre de son hôtel, le torturant et diffusant les images de son calvaire. Tout peut s'embraser et Keller comptera les morts...

Sébastien Raizer se sert d'un thème qui peut sembler très classique : un homme revient sur les lieux de son enfance et son arrivée met le feu aux poudres, déclenchant ce qui n'attendait que lui pour exploser. Son personnage, humain et qui veut juste une sorte de justice et de pardon, rencontre des gens aussi humains que lui (principalement des petites gens, une magnifique femme patronne d'un hôtel, un jeune drogué perdu, une dealeuse qui essaie de survivre dans un marigot, une jeune femme avec qui l'amour pourrait être une porte de sortie). Face à eux, des êtres passés de l'autre côté et qui ne comprennent que la force brute, qu'elle soit violente (comme un tueur garde du corps, ancien des Loups gris), policée mais plus rude encore (un représentant des grands trusts capitalistes prêts à détruire la planète pour récupérer un euro de plus) ou même légale (Keller, le policier dépassé par des événements qu'il fait mine de contrôler). Malgré le titre - Mécanique mort - et les lieux où l'action se passe, le roman oscille entre le noir le plus total (une scène de torture, des massacres imposants, les réactions des puissants pour imposer leur loi) et des brèches, des ouvertures d'humanité (un café savouré, une discussion avec un cuisinier chinois sur un bateau, un amour possible) qui éclairent le monde tel qu'il est et, en même temps, tel qu'il pourrait être. Construit avec soin, se répondant de manière équilibrée, Mécanique mort est le récit implacable de notre propre extinction mais aussi la possibilité d'une rédemption, à l'instar de cette région de Thionville que l'on imagine sinistrée et qui côtoie des banlieues riantes (dues surtout aux gens qui travaillent de l'autre côté au Luxembourg), comme ce Yin et ce Yang auquel doit songer par moment un auteur très porté sur l'Asie où il séjourne et symbolisé dès le début du texte par un double masque blanc et noir, comme ces chansons de Joy division (rien que le nom qui pourrait inspirer le bonheur et qui renvoie à une réalité sombre), qui décrivent un monde et des êtres perdus mais en font aussi un hymne mélodique et à la beauté tragique. Encore un très bon roman de Sébastien Raizer. Lui, confirme ses qualités d'auteur et réussit à créer son univers particulier en s'appuyant sur des thèmes connus.

Citation

Ce monde est mort et s'il donne l'impression de bouger encore, c'est à cause des vers qui dévorent son cadavre. Mécanique mort. Keller avait raison. Il ne fallait jamais revenir. Mais maintenant, c'est trop tard.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 12 mai 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page