On a volé la Liberté !

Ce n'est pas une fête, oncle Lambros, dit Phanis. C'est de la haine. Cent ans après la Première Guerre mondiale, la haine envahit de nouveau l'Europe.
Pétros Márkaris - Pain, éducation, liberté
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 04 juillet

Contenu

Bande dessinée - Thriller

On a volé la Liberté !

Braquage/Cambriolage - Artistique - Steampunk MAJ mercredi 18 mai 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 14,5 €

Éric Summer (scénario), Miriam Gambino (dessin)
Grenoble : Glénat, mars 2021
48 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-924997-12-3
Eugénie et les Mystères de Paris, 1

Ce qu'il faut savoir sur la série

En Verne et contre tous

Nous sommes à Paris en 1885. La ville s'active. La Statue de la Liberté s'apprête à être démontée pour être envoyée à New York. Dans les rues, une joyeuse bande d'enfants menés par Eugénie crée la Confrérie de Vidocq, une association de détectives en herbe qui entend résoudre les nombreux mystères de Paris. Faut dire qu'Eugénie a de qui tenir. De par son prénom, d'abord (on pense évidemment à Eugène Sue) et par sa vie : abandonnée par sa mère, elle a été recueillie par son oncle Edmond, commissaire de police. Et ce dernier n'hésite pas à utiliser les dons de déduction de sa nièce pour pallier son manque de réflexion. Eugénie s'occupe tout particulièrement de sa petite cousine Charlotte. Elle peut compter sur deux amis à la vie, à la mort. Charles, une espèce d'acrobate chouraveur au bon cœur qui a fui l'orphelinat et vit à la belle étoile sur un lit de paille. Arthur, un gamin vitrier qui se fait frapper par son père et qui déambule dans les rues avec maladresse. Il casse souvent les vitres qu'il porte dans son dos. Eugénie, Arthur et Charles forment la Confrérie de Vidocq. Il ne leur manque qu'une mission. Deux cent quatorze caisses sont arrivées à New York. C'est l'ensemble de la Statue de la Liberté. Seulement voilà, il n'y a plus de statue. Que des pierres ! L'oncle Edmond va devoir travailler avec un inspecteur américain du nom de Leon Maverick pour résoudre une enquête classée secret défense qui pourrait bien être une affaire d'État. Et ce Maverick débarque à Saint-Lazare avec son neveu Edgar. Edgar, lui ce qu'il préfère c'est l'écriture. Et il tombe vite sous le charme de… Charles dont il fera le héros de son livre qu'il est en train d'écrire. Pendant ce temps, les journaux annoncent la disparition de Jules Verne. Pour la Confrérie de Vidocq, cette disparition n'a rien à voir avec le vol de la Statue de la Liberté. Ils partent enquêter, et vont arpenter les rues et les quartiers de Paris sans se douter qu'ils vont surtout courir un grave danger qui les mènera dans les griffes d'un méchant de la pure espèce. On a volé la Liberté ! est le premier volet d'une série de bande dessinée policière jeunesse menée tambour battant. Il y a de l'action et c'est truffé de références littéraires et historiques. Le dessin arrondi, presque naïf, toujours en mouvement de l'Italienne Miriam Gambino se prête joliment au scénario du Français Éric Summer. Il y a de la roublardise, de l'ingéniosité et de l'astuce. Il y a surtout du rêve entre la Statue de la Liberté, Jules Verne et Tarzan. Les adultes sont bien benêts. Heureusement, ils pourront toujours compter sur des enfants aussi talentueux qu'insouciants !

Citation

- Ça on sait. Et j'ai entendu hier soir que ton oncle et l'Américain n'étaient pas d'accord sur l'endroit où le vol avait eu lieu.
- C'est peut-être parce qu'ils ne se posent pas les bonnes questions. Qu'est-ce qui est le plus simple à votre avis ? Voler 214 caisses en une fois ou les voler au fur et à mesure ?

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 18 mai 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page