M'appelle pas fillette

Elle ne supportait pas de voir son fils quitter la maison. Si elle devait le perdre, elle préfèrerait que ce soit pour cause de décès, le sien ou celui de son fils.
Luiz Alfredo Garcia-Roza - Bon anniversaire Gabriel !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 04 juillet

Contenu

Roman - Noir

M'appelle pas fillette

Vengeance - Mafia - Urbain MAJ mardi 24 mai 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 15 €

Mickey Spillane
The Deep - 1961
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Paul Mac-Ayre
Paris : Le Cherche midi, mai 2022
290 p. ; 19 x 13 cm
ISBN 978-2-7491-7307-8
Coll. "Borderline"

Succession mise en abyme

Deep et Bennett étaient amis comme les deux doigts d'une main, eux qui avaient fait un serment avec du sang. Mais c'étaient aussi de vrais salauds. Depuis, Bennett est devenu un caïd, ponte de la mafia new-yorkaise. Quant à Deep, il a soudainement disparu de la circulation. Seulement, quelqu'un a dessoudé Bennett chez lui. Et Deep est de retour. Le voilà héritier d'un empire. Enfin pas tout à fait. Selon les conditions du testament de Bennett, il a un temps imparti pour découvrir le coupable de l'assassinat de son ami. Dans l'intervalle, il doit aussi tenter de calmer les ardeurs de ceux qui sont appâtés par le pouvoir (ils sont nombreux, plus ou moins réguliers, plus ou moins lourdauds, avec ou pas l'aval de l'Organisation), et il se trimballe en ville de rade en rade, de zone d'influence en zone d'influence afin de démêler certaines histoires d'une façon provocante, voire violente qui en dit long sur son envie de vivre. Tout ça sous le regard de l'Organisation (qui compte les points) et de la police (qui cherche à le coffrer sous un prétexte ou un autre). Et puis, il renoue avec Helen, un amour de jeunesse, qu'il soupçonne d'avoir été la maîtresse de Bennett, mais qui se promet à lui si et seulement si il ne tue personne dans cette histoire. Mais, Deep sait bien que ça va être difficile, et qu'il va devoir replonger dans des souvenirs d'adolescents, quand lui et Bennett régnaient en maitre dans une cave où avait été installé le Club des K.O. Quand lui et Bennett avaient des rêves de grandeurs qui étaient autant de rêves d'enfants.

Mickey Spillane est connu pour ses romans hard boiled mettant en scène son détective privé Mike Hammer dont les particularités (politiques, approche plus ou moins violente) l'éloignent de ses condisciples littéraires (ceux de Hammett, Chandler, Macdonald...). Son personnage de Deep est violent et taiseux. Pendant la quasi intégralité du roman, on ne sait d'où vient ce personnage sombre, ni ce qu'il a fait dans l'intervalle. Il a seulement pour lui la carrure d'un chef (physique, charisme, énergie) qui n'hésite pas à soulever les tapis et à faire grincer les dents. Son arrivée à New York n'est voulue par personne, mais n'est pas (trop) remise en cause. Bien sûr, il va tâter du poing. Il va même se faire enlever, torturer et risquer de mourir parce qu'il recherche une vérité, et que malgré tout il a une certaine éthique et une définition de la loyauté. Mickey Spillane excelle quand il décrit les bas-fonds de New York, qu'il s'attache à une population de corruptibles, de paumés et de loosers. Mais c'est également un écrivain réactionnaire pour qui force doit rester à la loi. Les choix de ses personnages ne sont donc pas anodins, et la fin de ce M'appelle pas fillette ! (nouveau titre - qui va à l'inverse de ce qui se fait aujourd'hui dans l'édition avec des traductions normalement plus littérales -, pour The Deep, qui avait été traduit par Le Nouveau caïd pour la collection "Un mystère" des Presses de la Cité) proposera une surprise qui n'en est pas vraiment une pour qui connait l'œuvre de Mickey Spillane, mais qui agit comme un ultime retournement, un ultime rebondissement. M'appelle pas fillette ! est un roman singulier très efficace témoignant de ce qu'a été New York au début des années 1960.

Citation

Mort, il semblait tout ratatiné, un petit type qui avait cultivé une grande haine envers tous ceux qu'il avait si longtemps enviés. Ce n'était pas une balle qui l'avait tué. C'était la Rue. Il y avait déjà longtemps qu'il avait été tué, sans s'en être jamais rendu compte.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 24 mai 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page