La Mécanique du pire

Je lui répliquais que le racisme était le cancer du colon... Un problème digestif peut-être, mais un problème de trou du cul, sans aucun doute
Frédéric Houel - Cavaliers seuls
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 03 décembre

Contenu

Roman - Noir

La Mécanique du pire

Vengeance - Corruption - Chantage MAJ mercredi 08 juin 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Marco Pianelli
Paris : Jigal, juin 2022
264 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-37722-165-3
Coll. "Polar"

Quand le sauveur entre en ville

On imagine facilement Clint Eastwood ou Alain Delon, au temps de leur maturité, utiliser le rôle de Lander pour faire un film rapide et efficace. Un rôle où leur silhouette marmoréenne, leur soif de justice, leur capacité à régler les problèmes par la violence, seraient mises en avant. En effet, Lander est l'une des machines à tuer de l'État français. Mais il a maquillé sa disparition et, sous une fausse identité, a décidé de se retirer de la circulation. Mais pris d'une idée subite, il arrête son trajet pour aider une jeune femme à réparer sa voiture. C'est une veuve qui le convie à dormir chez elle, ou plutôt chez sa mère chez qui elle s'est repliée avec ses deux enfants. C'est alors que Lander en apprend un peu plus : si elle est à la fois veuve et sans grande ressource, c'est aussi parce que son mari, policier, s'est suicidé, perdant ainsi une maigre pension. Mais certains détails dans le traitement de l'histoire font tiquer Lander qui, rapidement, découvre qu'en fait le policier s'est donné la mort pour éviter de participer avec son groupe de policiers à une entreprise criminelle. En effet, les policiers de la BAC96 dirigés par Ciani sont corrompus, se sont instaurés chefs de paix du milieu dans leur territoire et les gangs leur fournissent du cash. Le chef local de la police est coincé par un chantage et laisse faire son officier. Dans la tête de Lander murit alors un plan qui lui permettra à la fois de protéger cette veuve qui se console dans ses bras, de donner un peu d'argent aux enfants et au passage de récupérer un peu de liquide pour lui. Il a un plan, un plan sanglant, mais qui peut marcher s'il a moins peur que ses adversaires.

Du rythme, de la rapidité, un héros sans peur qui est prêt à tout et a toujours un plan C, caché derrière le plan B. Face à lui des méchants à qui tout réussissait, mais qui ne peuvent pas forcément faire face lorsque le justicier arrive en ville. Western moderne, sur fond de corruption généralisée, dans lequel le chevalier moderne qu'est Lander trace sa route. La description est dressée au couteau, sans temps mort, rappelant L'Ombre de la nuit, le précédent roman de Marco Pianelli avec comme une once de mélancolie : doit-il essayer d'arrêter, de se reposer et de trouver le repos auprès d'une famille ou sera-t-il poussé à continuer sa quête vers d'autres aventures chevaleresques ? La Mécanique du pire s'achève sur une pointe d'amertume douce, annonçant peut-être un nouveau volume mais surtout, jouant avec le cliché du héros solitaire, continuant sur la lancée, vers l'horizon.

Citation

Lander était chaudement vêtu. Chaussures de marche, sobres, marron foncé, montantes, semelles étanches et larges. Un pantalon de treillis kaki, épais, poches à boutons sur les cuisses, ceinture en cuir marron autour de la taille. Un T-shirt blanc à manches longues, sous un pull polaire gris, et un anorak gris foncé à capuche. Dans son sac à dos, quelques rechanges au-dessus d'un magot de 200 000 euros. Des billets bien rangés et regroupés en liasse. Souvenirs de son passage en Ardèche, peu de temps auparavant.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 08 juin 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page