Carolina Reaper

En temps normal, Gethin ressentait un profond désespoir en arrivant au bureau. Les murs décrépis, l'odeur de moisi pénétrante, le vieux lino sous les semelles, tout dans ce décor donnait l'impression qu'il était engagé dans une entreprise inutile et vouée à l'échec.
John Lincoln - Dernier recours
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 29 juin

Contenu

Roman - Noir

Carolina Reaper

Politique - Corruption - Trafic MAJ jeudi 16 juin 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Morgane Montoriol
Paris : Albin Michel, mars 2022
392 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-226-46993-9

Serpents qui sifflent

Dans la superbe demeure du maire de Savannah, le riche baron Church Slaughter, il existe une pièce mystérieuse, derrière une porte que l'on ouvre avec peine, où se dresse un très grand vivarium et le long des parois de verre, on voit glisser des serpents. Cela rappelle les deux axes de cette histoire : les serpents sont parfois venimeux et avec discrétion viennent vous piquer et vous tuer en quelques secondes, et puis ils peuvent vous enserrer, vous enlacer comme s'ils vous aimaient et avant de vous broyer méthodiquement avec lenteur. Church Slaughter a perdu sa femme, mais il a retrouvé la belle Keith, non pas tant qu'il l'aime mais parce qu'il a besoin d'une belle plante pour être réélu. Keith a emménagé chez lui avec sa fille, une jeune surdouée qui regarde avec inquiétude le fils du maire, qui lui semble être malgré sa jeunesse un condensé de perversité et de haine. Elle lui préfère le fils de l'adjoint du maire, sans savoir que le jeune homme en question est sous la coupe du maire, un maire qui entend nommer le garçon comme fils adoptif, plutôt que le sien propre qui commet bourdes sur bourdes et pourrait compromettre sa réélection. Car Church Slaughter a bien d'autres cadavres dans le placard : organisateur de trafics divers, contrôlant des policiers corrompus, il lui faut redevenir maire afin de pouvoir briguer enfin le poste de gouverneur et s'imposer comme intouchable. Mais ce qu'il ne sait pas, c'est que son adjoint a lui aussi des projets ambitieux.

Le roman est constitué de courts chapitres qui décrivent le présent de l'histoire, une nuit où tout explose, et des chapitres plus conséquents qui repartent en arrière et vont expliciter, faire monter la tension qui explosera in fine. C'est sur cette facture, éminemment classique, que Morgane Montoriol construit un roman se déroulant dans le sud américain. Derrière les fleurs, la chaleur et la beauté sudiste se cachent des abimes de perversion, de coups fourrés, de complots à l'intérieur du complot (et les derniers chapitres sont particulièrement féconds à ce propos). Les personnages sont fascinés ou effrayés par les serpents qui glissent le long de parois et se comportent eux aussi, régulièrement, comme des animaux à sang froid, mus par leurs caprices et envies, poursuivant leurs voies en louvoyant, ondulant, prêts à mordre ou à se replier, faire le gros dos ou accepter la maitrise d'un autre, si cela arrange leurs intérêts. Véritable traité de l'animalité et de la sauvagerie qui ne demandent qu'à exploser hors de nos conventions sociales, Carolina Reaper est un roman qui mérite un œil attentif.

Citation

J'ai rangé ma haine au frais. Elle repose depuis bien longtemps dans le congélateur de mon cœur. Je ne la sors pas. N'en décongèle pas un morceau. Je la laisse continuer de se durcir dans la glace.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 16 juin 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page