Les Corps solides

Depuis trente ans, les mentalités avaient changé. La justice n'était plus perçue comme étant rendue au service de la république, mais comme une instance d'arbitrage des conflits entre individus, ou entre individus et collectivités. Son rôle n'était plus de protéger la société en rappelant ce qu'est un comportement adéquat, mais de dédommager économiquement et symboliquement les victimes en punissant les coupables. L'essentiel était l'accord de gré à gré, la puissance publique ne gardant pour seule fonction que l'aspect sécuritaire.
André Blanc - Violence d'État
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 06 octobre

Contenu

Roman - Noir

Les Corps solides

Social - Sportif - Drogue MAJ lundi 22 août 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Joseph Incardona
Bordeaux : Finitude, août 2022
272 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-36339-166-7

Les héros du peuple sont immortels

Anna est une jeune femme qui a fort à faire avec son fils Léo. Elle avait épousé un surfeur, elle-même pratiquant ce sport, mais il est mort juste après la naissance de leur fils. Depuis, elle conserve pour ce fils la planche du père et essaie de joindre tant bien que mal les deux bouts. Pour cela, elle a un food truck d'occasion qui lui permet de griller et de vendre des poulets. Mais un soir, un sanglier se met en travers de la route et le camion finit dans le fossé. Comme pour Perrette et le pot au lait, tout devient plus compliqué et menace de disparaître. Tandis que sa compagnie d'assurance tente toutes les manœuvres possibles pour se défausser de ses obligations (et le fait qu'Anna fume des pétards va aider), que Léo ennuyé et chahuté par des camarades à l'école doit se battre, Anna voit fondre ses revenus. Alors qu'elle multiplie des petits boulots pour survivre, que son fils vole un peu de son cannabis pour se livrer à la revente au collège (mais s'improviser dealer n'est pas sans risque), le futur semble s'évaporer. Quand arrive une hypothétique solution : participer à un jeu de téléréalité avec sur une plage, un énorme quatre-quatre. Il suffit de poser sa main sur la voiture et de ne jamais la lâcher. Le dernier gagnera le véhicule. Mais la compétition, alors que la présidente de la République surveille le jeu, espérant y créer une dynamique pour conserver son pouvoir, est dure et difficile. Anna tiendra-t-elle ?

Le nouveau récit de Joseph Incardona est linéaire, racontant la vie d'Anna, ses difficultés, les manières de s'en sortir. L'auteur sait écrire et tenir en haleine avec la description des petits riens, de la vie qui s'écoule lentement, de la difficulté des gens simples. Sans appuyer sur le sentimentalisme (la mort du père par exemple, les brimades scolaires) en décrivant, dans la lignée qui montre les actions, laissant au lecteur le soin d'interpréter, le récit s'appuie sur les corps, la façon dont on les martyrise, maltraite, magnifie (le final autour d'une envolée en surf est un morceau d'anthologie), dont chaque coup les façonne et façonne l'esprit qui est derrière. L'aspect téléréalité est vu sans cynisme (c'est-à-dire décrit comme une mécanique horrible, mais sans en ajouter dans l'abjection), renforçant l'écriture, et l'écriture manchettienne de Joseph Incardona qui, au fil de ses livres, construit une œuvre inspirée des grands textes classiques et de la littérature de genre, en y apportant son petit grain de sel (ou de sable), en installant au cœur de sa vision, l'humanité des personnages, leur dignité dans l'épreuve, leur force inspiratrice.

Citation

Les phares de la camionnette éclairent la route en ligne droite. On pourrait les éteindre, on y verrait quand même, la lune jaune rend visibles les champs en jachère aussi loin que porte le regard. La nuit est américaine. La fenêtre côté conducteur est ouverte, il y a l'air doux d'un printemps en avance sur le calendrier.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 07 juillet 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page