Le Dernier vol

Nous ne sommes pas égaux, Dug ! Je me demande ce qui rend les Blancs tellement méchants... T'es-tu déjà approché d'un Blanc assez près pour qu'il te renifle ? Ils disent que nous puons ! Tu n'as pas compris qu'ils veulent te tuer à petit feu pour leur simple plaisir ?
René Follet & Pascal Bresson - Plus fort que la haine
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 28 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Le Dernier vol

Social - Disparition - Complot MAJ vendredi 12 août 2022

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Julie Clark
The Last Flight - 2020
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Penny Lewis
Paris : Archipel, juillet 2022
332 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-8098-4156-5

Échange standard

A priori, Claire Cook, épouse de Rory Cook, un riche et beau politicien en passe d'être nommé sénateur, a tout pour être heureuse. Mais le monde ignore que dans l'intimité, Rory est un vrai tyran domestique autoritaire et brutal. Claire a tout prévu pour lui échapper : horaires, papiers... Sauf qu'au dernier moment, la fondation charitable de Rory veut l'envoyer à Porto Rico où il vient de se produire une catastrophe humanitaire. Voilà tous ses plans de disparition qui tombent à l'eau... Mais à l'aéroport JFK, elle rencontre par hasard Eva, qui aimerait bien changer de vie elle aussi. Une inconnue qui parvient à la convaincre d'échanger leurs places ! Cependant, Claire ignore que leur rencontre ne doit rien au hasard. En débarquant à Oakland, elle apprend que l'avion qu'elle devait prendre s'est perdu en mer sans laisser de survivants. Elle découvre également qu'Eva lui a menti sur son existence et fuyait elle aussi des ennemis. Mais qui était-elle exactement ? Restant en contact avec Rory via son téléphone qu'elle a piraté, Claire comprend aussi qu'il a éventé la supercherie et qu'il part à sa poursuite...

Comme chat échaudé craint l'eau froide, vu l'état du polar anglo-saxon, on se méfie des petits génies dont on fait plastronner les chiffres de vente comme un gage de qualité. Sauf que là, dès le départ, on est rassuré : d'abord, il y a des personnages (bon, en général, on fait semblant d'en mettre pour noircir du papier, mais...) et même, incroyable, mais vrai, une écriture, bien servie par la traduction. L'histoire se poursuit plutôt par petites touches que par grandes orgues et s'avère assez réaliste — si on admet que l'on puisse choisir d'échanger son identité avec une inconnue rencontrée dix minutes plus tôt — et si on a été conditionnés à attendre une série de rebondissements fracassants (et étirant la crédibilité), là non, le tout reste à visage humain, même si le happy end est de rigueur. Bref, rien d'extraordinaire, juste une bonne histoire bien racontée. On en avait perdu l'habitude...

Citation

Je remets les documents dans le tiroir tout en essayant de donner corps à une nouvelle version d'Eva, de son existence. Mais elle continue à m'échapper, n'apparaissant que quelques instants, comme une sorte de reflet dansant, trop instable pour que j'en distingue les contours, avant de s'effacer.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 12 août 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page