Le Jour des fous

J'aimerais pouvoir parler, mais j'ai la langue bétonnée par des années de silence, la bouche collée par la honte. De temps en temps, du coin de l'œil, elle me regarde pleurer et ne rajoute rien. Le silence est encore plus incisif que ses phrases.
Victor Rizman - 40 ans, 6 morts et quelques jours
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 06 octobre

Contenu

Roman - Noir

Le Jour des fous

Anticipation - Social - Drogue MAJ jeudi 18 août 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Stéphane Keller
Paris : Le Toucan, mai 2022
268 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-8100-1113-1
Coll. "Toucan noir"

Quand le contrôle social se met en place

Dans un futur proche (l'action du roman de Stéphane Keller se situe en 2035), des émeutes venues de quartiers sensibles ont amené le pays au bord de la guerre civile. L'ordre a été maintenu et, à présent, les "banlieusards" sont parqués dans leurs cités, fermées et contrôlées sans cesse. Si une tour se révolte ou développe des incivilités, c'est l'ensemble de l'immeuble qui peut être détruit. Le gouvernement a créé une sorte de passeport social avec lequel chacun dispose (ou non) de points qui lui permettent plus ou moins de facilités. Dans ce monde entre contrôle à la chinoise et dictature fascisante, Krikor Sarafian se révèle être un policier violent qui a bien accepté ce nouvel état de fait. Pourtant, dans ce monde qui devient "parfait", des incidents vont venir troubler la quiétude sociale. Des citoyens normaux commencent à commettre des meurtres puis sombrent dans l'apathie avant de décéder. Safarian est chargé de l'enquête avec l'aide d'une jeune stagiaire. Des indices le poussent à enquêter sur une nouvelle drogue : des petites pilules bleues que les assassins ont sans doute prises. Mais plus il avance dans son enquête, plus il s'aperçoit que les preuves qu'il accumule disparaissent, que ses supérieurs n'ont pas envie qu'il mène une enquête trop poussée. Il risque alors de perdre des points sociaux. Pire : il vient d'entamer une relation amoureuse avec la stagiaire, ce qui n'est pas forcément bien vu, surtout qu'il ne le sait pas mais un "complot" féministe est en train de se mettre en place pour liquider les risques de machisme des policiers...

Avec Le Jour des fous, Stéphane Keller propose un roman qui extrapole des situations actuelles pour construire une histoire plausible d'un futur, entre "dictature molle" et contrôle du pouvoir par diverses factions. Au centre, un personnage peu aimable, un policier violent et content de l'être, ne comprend pas que son rôle le dépasse et qu'il a peut-être, se croyant invincible, choisi un mauvais camp. Le récit, construit de manière linéaire, avec un premier chapitre, qui explicite rapidement comment on en est arrivé là, se laisse lire avec facilité, car l'auteur sait raconter et ne ménage pas ses rebondissements. Sans prétendre au chef d'œuvre de l'année, Le Jour des fous, plus axé sur la description de cette société à travers une intrigue policière que l'inverse, est une bonne surprise.

Citation

La caméra devait enregistrer son changement d'état, elle avait été créée pour ça. Le capitaine tenta de réguler sa respiration, il lui fallait ne plus gamberger, accueillir les mots sans qu'ils aient un quelconque effet sur lui. Plus de gamberge, plus aucune réaction.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 18 août 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page