Le Sniper, le président et la triade

Oscar partageait la fascination de Rollinat pour les déviances et se délectait du mépris qu'affichait ce dernier pour la morale conventionnelle.
Gyles Brandreth - Oscar Wilde et le cadavre souriant
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 06 octobre

Contenu

Roman - Policier

Le Sniper, le président et la triade

Politique - Tueur à gages - Complot MAJ mercredi 14 septembre 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Kuo-Li Chang
Traduit du mandarin (Taïwan) par Alexis Brossolet
Paris : Gallimard, septembre 2022
448 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-07-290613-8
Coll. "Série noire"

Une nouvelle balle magique

Le président Hsu Huo-Sheng est en pleine campagne pour sa réélection. Alors qu'il fait une visite dans un quartier plutôt acquis à son adversaire principal, un sniper lui tire dessus et il se retrouve blessé. Mais de nombreuses questions vont se poser. Premièrement, le sniper qui se trouvait dans une chambre d'hôtel a laissé deux balles sur le rebord de la fenêtre et visiblement n'a pas tiré. Deuxièmement, ce serait un homme dans la foule qui aurait tiré avec un pistolet et dans ces conditions la balle aurait eu une trajectoire très anarchique au regard de la blessure occasionnée. Troisièmement, enfin, la blessure que présente le Président-candidat ne correspond pas tout du tout au type de blessure occasionné par la balle qui est retrouvée non pas dans son corps mais dans ses vêtements non déchirés. Et tout ça fait beaucoup. À ce moment-là, deux enquêtes se lancent. L'une est officielle et accorde foi aux affirmations du Président sur l'attentat et une autre est lancée par le candidat d'opposition, mais cette dernière part dans deux directions. D'un côté, certains vont utiliser l'enquête pour prouver l'implication du Président dans ce faux tir, censé lui rapporter des voix et de l'autre, certains vont même essayer de créer des pièces et indices qui accuseront directement le Président. C'est ainsi, par exemple, qu'un cadavre va troubler tout le monde - on retrouve en effet un paysan mort et près de lui un vieux pistolet ; ce même paysan ayant été un ami d'enfance du Président. De même, pour des raisons stratégiques, on va lancer le nom d'un coupable potentiel : le célèbre sniper Ai Li. Ce dernier doit tenter de se défendre en comprenant ce qui se cache derrière cet attentat raté.

Reprenant des personnages qui avaient fait le bonheur du premier volet (Le Sniper, son wok et son fusil), ce deuxième opus en prolonge les bonnes pages avec ses actions intéressantes, ses stratégies et ses jeux de go et surtout ses idées de coups de billard à trois bandes pour obtenir son effet final. En outre, le roman évoque une crise politique et la façon un peu arrangée de pratiquer les élections politiques à la taïwanaise, entre corruption, renvoi d'ascenseur et partage des postes pour se maintenir au pouvoir. Deux récits alternent de manière construite : les enquêtes entre policiers et enjeux politiques et de pouvoir, et l'obligation pour le personnage central de se sortir d'une situation où il a été plongé sans le vouloir (on l'a manipulé pour être présent à proximité du lieu de l'attentat afin d'en faire un bouc émissaire parfait). Entre les actions des uns et des autres, les fausses pistes créées pour tromper le public et ses ennemis, le parcours du sniper, ses "obligations" morales et son sens de l'éthique, tout concourt à emmener vers une scène finale de duel de snipers réussie. Un bon livre, agréable, qui prolonge la bonne surprise qu'avait constitué Le Sniper, son wok et son fusil (qui, pour les retardataires ressort en poche en parallèle chez Folio).

Citation

Le président fut touché par balle à 9 h 17 précises. Il se replia sur lui-même comme une crevette géante, la main droite crispée sur l'abdomen. Dans une vaine tentative pour garder l'équilibre alors qu'il basculait sur la droite, il agrippa de cette même main le rail en métal devant lui, y laissa une magnifique empreinte palmaire écarlate.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 14 septembre 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page