À la racine du mal

La cupidité avait sans doute aussi contribué à cette décision. L'empereur était toujours preneur de terres rentables ou susceptibles d'être offertes à de fidèles sujets en reconnaissance de services rendus.
I. J. Parker - Le Sabre du condamné
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 06 octobre

Contenu

Roman - Policier

À la racine du mal

Assassinat - Whodunit - Rural MAJ lundi 19 septembre 2022

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 13,9 €

Ann Granger
Rooted in Evil - 2017
Traduit de l'anglais par Elisabeth Kern
Paris : 10-18, septembre 2022
342 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-264-08012-7
Coll. "Grands détectives"
Carter & Campbell, 5

Ce qu'il faut savoir sur la série

Dans les Costwolds, région du sud-ouest de l'Angleterre réputée pour l'exceptionnelle beauté de son cadre naturel, se love un petit village au doux nom de Weston St. Ambrose, dont la tranquillité est assez régulièrement troublée par de sordides affaires criminelles – la première du genre ayant été Mud, Muck and Dead Things (2010 ; Cottage, fantômes et guet-apens). L'inspectrice Jess Campbell – une jeune femme d'environ trente ans, à la chevelure rousse incandescente et au caractère bien trempé, faisant souvent montre d'impatience, voire, parfois, d'un flagrant manque de tact – avait été chargée de l'enquête, sous la supervision d'un superintendant fraîchement nommé, Ian Campbell. Un avenant célibataire, divorcé d'avec Sophie – elle-même en couple avec Rodney –, père d'une fillette nommée Millie à laquelle il est très attaché... Le supérieur de Jess amène, dans ses enquêtes, ses tracas familiaux et ses déchirements affectifs. Jess, elle, cultive une franche amitié avec le médecin légiste, Tom Palmer. Ce qui ne l'empêche pas d'éprouver une réelle empathie pour Carter. Les deux policiers, enquêteurs efficaces et complémentaires, forment un duo propre à susciter la sympathie immédiate.

Vieilles théières

Harriett est mariée à Guy et ce dernier a de grandes idées pour transformer l'imposante demeure familiale en un lieu ouvert qui doit leur rapporter la richesse. Mais tout ne marche pas comme prévu. Et Harriett a aussi du mal à composer avec son "demi-frère" Carl. De fait, après la mort de sa première femme, le père d'Harriett s'était remarié avec la mère de Carl. Mais, sur les conseils de Guy, il avait bien pris soin de ne pas inclure Carl dans son testament. Carl est depuis des années en colère mais il est aussi un jouisseur qui sait dépenser et qui compte sur sa demi-sœur pour éponger ses dettes. Harriett à présent refuse de le soutenir. Mais elle ne peut refuser d'accepter de le rencontrer dans les bois qui entourent la propriété, dans le secret par rapport à son mari. Lorsqu'elle arrive sur les lieux, elle découvre le corps de Carl. Mort naturelle, suicide ou meurtre ? Elle a peur et fuit. Et puis, elle rencontre son amie Tessa qui lui dit de se taire. Elle va alors faire semblant de se promener dans la forêt, de découvrir le corps, et appellera la police. Mais là aussi les choses ne se passent pas comme prévu, car dans l'intervalle le médecin légiste du coin qui se promenait à lui aussi découvert le corps. Surtout, il a entraperçu un vélo et ce qui fera un témoin à retrouver. Voilà donc les deux policiers Campbell et Carter qui enquêtent, mais ils perçoivent bien des réticences dans les déclarations des uns et des autres. Lorsqu'une femme, qui circule à vélo, est victime d'un mystérieux accident de voiture, des questions supplémentaires arrivent.

De facture très classique, voire un peu vieillie, l'histoire tourne autour d'un mort dans un bois et des suspects potentiels, avec un héritage et des haines familiales recuites. Les personnages se promènent, ont des rhumes qui retardent les investigations, doivent régler des problèmes importants comme l'installation d'une exposition de photos amateurs, la vie quotidienne et l'arrivée d'étrangers londoniens particulièrement pénibles pour eux. Les forces de police surnagent en posant des questions, en revenant régulièrement chez les suspects potentiels. Tout cela ressemble bien à des romans classiques d'Agatha Christie ou de Patricia Wentworth, au gout de thé et de scones, s'embourbant dans l'histoire comme les véhicules dans les sentiers des forêts. Les amateurs de Miss Marple y trouveront leur compte, les autres moins.

Citation

Vous avez tous les deux hérité de cette maison à la mort de votre père, madame Kingsley. Donc, si les livres s'y trouvaient toujours à ce moment-là, on pourra dire que Finch les a pris dans votre propriété et qu'il les a revendus illégalement.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 16 septembre 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page