Les Silences du marais

Dès l'accueil, je me sentis aussi bienvenu qu'une hémorroïde. Je dus affronter la crème de la crème de l'incompétence, le nec plus ultra en matière de tournage de pouces et d'enculage de mouches, un zig rouquin mollasse et bégayant, con comme les pieds de la lune.
Marc Falvo - Détour
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 28 novembre

Contenu

Roman - Policier

Les Silences du marais

Social - Faits divers - Rural MAJ vendredi 07 octobre 2022

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Hervé Huguen
Quimper : Le Palémon, octobre 2021
228 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-37260-617-2
Coll. "Enquêtes en série : police"

Petite musique bretonne

C'est un fait divers comme il en existe tous les jours : la mort de Léna Tigréat tuée d'un coup sur la tête, son corps abandonné dans la tourbière de Yeun Elez, un désert aquatique portant le doux surnom de Porte de l'Enfer. Aussitôt, on accuse Romain Métayer, son petit ami avec lequel elle s'était disputée le soir d'avant le meurtre. Fou de douleur, Adrien Tigréat, le père de Léna, a abattu le suspect d'un coup de fusil alors qu'il n'avait pas cessé de clamer son innocence. Pourtant, son ADN se trouvait sous les ongles de Léna. Affaire classée ? Sauf que quinze ans après, le journaliste Claude Guillemet reçoit la confession d'une certaine Floriane Parot. Elle détient la preuve que Romain ne pouvait être le coupable, puisqu'il était avec elle au moment où Léna a été tuée ! Son père, qui détestait Romain, l'a empêchée de parler. Ou bien voulait-il protéger le véritable assassin ? Il y avait un troisième compère, un Irlandais du nom de Franck Morrisson qui était reparti chez lui le lendemain. Mais Floriane dit-elle la vérité ? Lorsque l'affaire se complique avec la disparition d'un témoin, le journaliste a la sagesse de la confier au policier Nazer Barron. Et celui-ci va découvrir que les rivalités du passé cachent des forfaits bien actuels...

Vingt volumes de la série consacrée à Nazer Baron !... Il faut croire que Hervé Huguen fait les choses correctement... et le menu reste le même : une enquête "classique" (ce n'est pas un reproche) plus basée sur la petite musique des gens et du temps qui passe menée par un Jules Maigret égaré en décor breton. Inutile de chercher les techniques chocs du thriller industriel ou les chapitres courts et claquants, ou même le côté dur-à-cuire de son collègue d'édition Pierre Pouchairet (on a déjà dit tout le bien qu'il fallait penser de sa série des "Trois Brestoises"). On est plus dans la recherche de la vérité des êtres et des passions au travers d'une intrigue complexe mais bien menée. La valeur ajoutée d'Hervé Huguen par rapport à ses collègues, c'est incontestablement son décor : loin de l'aridité du roman "régionaliste", la langue très travaillée (mais qui a l'élégance de se faire oublier) de l'auteur fait toucher du doigt l'influence de cette nature superbe et envoûtante sur les âmes de ses habitants, tissant ainsi une petite mélodie qui n'appartient qu'à lui. Et là où les romans ont tendance à s'effondrer sous leur propre poids, à 220 pages, si le rythme est lent (mais surtout pas long), Hervé Huguen n'étire pas son propos. C'est donc une bonne affaire !

Citation

Baron se sentait la tête vide. Tout le monde mentait. Plus ou moins. C'était son métier de creuser sous les mots et de déchiffrer les silences, pour débusquer les vérités enfouies.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 07 octobre 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page