Le Haut sommeil

Il pouvait échapper à ces flics, mais pas à la Famille. Que ce soit en prison ou ailleurs. C'était un fait établi. On ne perdait pas un colis de ce genre sans devenir soi-même un colis.
James Patterson - Moi, Alex Cross
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Mordew
Avec Alex Pheby et son roman Mordew, nous sommes dans un univers particulier avec un monde médiéval à ce ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 28 novembre

Contenu

Roman - Policier

Le Haut sommeil

Historique - Psychologique - Braquage/Cambriolage MAJ jeudi 13 octobre 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 29 €

Stéphanie Vermot
Paris : L'Harmattan, juillet 2022
360 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-14-027595-1
Coll. "Noir"

Manoir amnésique

Dans le titre de ce roman de Stéphanie Vermot, même si l'exergue propose aussi une solution, on pourrait voir une allusion à un célèbre roman fondateur du genre noir américain même si ici le roman regarde plutôt vers d'autres traditions du genre. On pourrait aussi y voir une référence au haut mal, l'ancien nom de l'épilepsie, même si ici l'héroïne du roman est surtout victime d'une profonde amnésie. Détaillons tout cela. Le récit se situe autour de la Première Guerre mondiale. Juste avant, il y a un manoir, un père qui entreprend des expériences de chimie, sa fille et un assistant qui devient son gendre. Et voilà qu'une nuit le manoir explose. Quelques jours plus tard, dans un autre village, on sort de l'eau une femme blessée, le visage défiguré à coups de pierre. Par malheur, même si elle survit, elle ne se souvient de rien. Recueillie par le docteur qui l'a soignée, elle l'épouse et vit heureuse avec lui, soignant les blessés de la Première Guerre mondiale. Mais il meurt et elle commence à avoir des souvenirs, des réminiscences. Parmi ses "visions", un enfant, une petite fille qui serait la sienne (or son mari lui a dit qu'elle avait été enceinte au moins une fois). Elle réfléchit à l'endroit où elle a été découverte, pense que c'est le cours d'eau qui l'a entrainée là après sa blessure. Elle remonte alors le cours d'eau et arrive jusqu'aux ruines du manoir. Cela lui rappelle quelque chose et elle va en rendre compte au commissaire qui s'est occupé de son affaire avant guerre. Ce dernier retrouve la trace des occupants du manoir qui reconnaissent en la jeune femme défigurée leur ancienne garde d'enfants, disparue après un vol de bijoux. Serait-ce son complice qui n'aurait pas voulu partager et aurait voulu la tuer ? Ce complice pourrait-il être le frère du nouveau propriétaire, une tête brûlée qui avait été arrêté et était parti comme militaire en Afrique d'où il avait été chassé ? Et quel rôle exact joue l'épouse qui se morfond derrière les vitres du manoir ? Le commissaire va alors mener son enquête.

Comme on le voit en lisant le résumé det en se penchant sur sa période, le récit rappelle plus des intrigues qui ont fait les beaux jours de la littérature policière classique, celle des Gaston Leroux ou Maurice Leblanc, avec des manoirs, des vieux pères savants, des jeunes filles pures mais convoitées, des gens remplacés par d'autres, des méchants qui ont des plans diaboliques et ne s'embarrassent pas de remords. Stéphanie Vermot a du métier et joue avec ses stéréotypes, s'y installe avec soin, les développe et leur donne comme une nouveauté, comme un respect de l'ancien, sans un gramme de poussière. Grâce au style et au récit, Le Haut sommeil utilise des ingrédients plus classiques et leur donne une nouvelle coloration, renouant pour le lecteur amateur des classiques avec la magie de la découverte des nos "vénérables" anciens, tout en restant suffisamment bien écrit pour gagner de nouvelles générations de ce récit à la fois historique et policier, peuplé de personnages attachants.

Citation

Un sourire cruel se dessina sur son visage, tandis qu'il allongeait la main vers un tiroir du secrétaire dont il était le seul à avoir la clé. Les choses étaient bien en place dans sa tête, bientôt elles le seraient aussi autour de lui, et il serait enfin le seul maitre à bord.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 11 octobre 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page