Nuages baroques

Le chasseur se devait d'être aux premières loges. Un lien invisible l'unissait au gibier. Le cordon ombilical d'un destin commun.
René Manzor - Dans les brumes du mal
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Boix-aux-Renards
Le titre du nouveau roman d'Antoine Chainas désigne un lieu, un lieu étrange, un lieu de contes et de...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 31 janvier

Contenu

Roman - Policier

Nuages baroques

Social - Disparition - Urbain MAJ mercredi 30 novembre 2022

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Antonio Paolacci & Paola Ronco
Nuvole barocche - 2019
Traduit de l'italien par Sophie Bajard
Paris : Rivages, octobre 2022
344 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-5786-4
Coll. "Noir"

Les plaisirs de Gênes

Paolo Nigra est un policier italien qui opère à Gènes. La vie, là-bas, est un peu compliquée pour lui car il est homosexuel et surtout son compagnon est un acteur qui est en train de devenir célèbre en jouant un rôle de commissaire. Entre ses options sexuelles et la célébrité naissante de son ami, il vaut mieux rester discret. Les choses se compliquent encore un peu plus lorsque Nigra, de garde, se voit confier une enquête sur un meurtre. Un homme a été battu à mort dans un jardin, juste dans les instants qui ont suivi une fête en l'honneur d'une nouvelle loi qui allait accorder des nouveaux droits aux homosexuels. Comme l'homme était habillé de vêtements voyants et avait bu, il était facile de penser que le meurtre est un crime homophobe. Trois suspects apparaissent dans le collimateur des policiers. Trois jeunes, proches de mouvements d'extrême-droite, qui passent beaucoup de leur temps à se promener dans les bars et à agresser verbalement les minorités. Mais il semble qu'ils disposent d'un bon alibi et qu'il va être difficile de les accuser, même si l'oncle de la victime, venant d'une famille riche et de notables de la région de Gènes, veut pousser à leur arrestation. En même temps, Nigra est un peu surpris car la victime avait été abandonnée par ses parents qui auraient fui la ville, révoltés par ce qui était arrivé lors de manifestations violentes à l'occasion du G7 et qui avait montré une police particulièrement agressive, voire fasciste. Mais ont-ils vraiment quitté la ville en laissant leur fils ?

Entre deux discussions, sa vie privée et les complications avec ses collègues ou subordonnés, ici traitées avec humanité et presque humour, nous suivons le quotidien d'un policier qui essaie de vivre tranquillement, sans militantisme excessif, ni volonté de passer pour un martyr. Ses relations parfois ambiguës avec ses collègues, son ami et un policier qui veut toujours savoir qui est son compagnon, permettent une atmosphère apaisée et parfois drôle qui contraste avec la rudesse de certaines scènes (la découverte du meurtre, les interrogatoires avec les militants racistes). Les deux auteurs nous mènent alors vers une double résolution car ce qui permettra au policier de comprendre qui est l'assassin sera aussi l'occasion de donner une solution à la disparition plus ancienne de ses parents. Voilà entrée en matière intelligente pour une nouvelle série qui donne à voir une ville nouvelle dans le monde du polar italien et européen. Si tout ça reste éminemment classique dans le fond et la forme, il n'empêche que c'est mené avec rigueur et sans forcer sur la noirceur ou des personnages stéréotypés. Un héros à suivre écrit à quatre mains par Antonio Paolacci et Paola Ronco.

Citation

Avant de se mettre à boire, ils n'ont probablement pas l'intention de s'approcher du centre-ville, du moins c'est ce qu'ils ont dit tous les trois. Quoi qu'il en soit, ils boivent plus que de raison et continuent à parler de cette fête ainsi que, apparemment, de la question des unions civiles.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 30 novembre 2022
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page