Le Tueur au caillou

Le bouffeur de macaroni ouvrit son étui à violon et avec les gestes d'un magicien en sortit une Joséphine flambant neuve. Un glaçon me glissa dans le dos avant de plonger dans ma raie du cul.
Serguei Dounovetz - Fleur de bagne
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 17 avril

Contenu

Roman - Policier

Le Tueur au caillou

Urbain - Procédure - Presse MAJ vendredi 03 février 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Alessandro Robecchi
Torto marcio - 2017
Traduit de l'italien par Paulo Bellomo, revu et complété par Agathe Lauriot
La Tour-d'Aigue : L'Aube, février 2023
432 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-8159-5001-5
Coll. "Noire"

Les Milanais tuent tous les jours

L'action se déroule à Milan. Le brigadier Carella et son équipe viennent d'être chargés d'enquêter sur la mort d'un riche entrepreneur, dont le corps a été retrouvé près de chez lui. Sur le corps encore chaud, l'assassin a laissé un caillou. Pourquoi ? Est-ce un tueur en série qui débute ? Est-ce le signe d'une vengeance ? Pourtant l'homme ne semble pas avoir d'ennemis et son passé apparait comme limpide. Lorsqu'un deuxième cadavre est découvert, et que lui aussi dispose d'un caillou sur le corps, que l'équipe de Carella continue à patauger et qu'il faut bien des "coupables", l'enquête est confiée à une autre équipe venue de la Capitale. Aussi, le chef de Carella est vexé et décide de donner une semaine de congés à ses hommes. Le but est qu'ils continuent en toute discrétion l'enquête et qu'ils ridiculisent les nouveaux venus. Voilà donc l'équipe qui se réunit chez un des policiers, que des pistes s'ouvrent, notamment sur la possibilité d'un lien évanescent entre les deux victimes, il y a bien longtemps. Un des policiers est même chargé d'aller discrètement dans un immeuble squatté afin d'avoir des indices supplémentaires. À côté de cette enquête, nous suivons également Carlo, un journaliste qui cherche à écrire un essai définitif sur Bob Dylan, qui mène lui aussi l'enquête, de loin, surtout avec la mort d'une troisième victime qui semble ne pas forcément correspondre à la série en cours.

Il n'y y a sans doute pas de hasard dans le nom du policier central de l'histoire. Carella faisant référence à un autre policier de fiction célèbre (celui d'Ed McBain qui évolue dans sa vaste saga du "87e district") et qui recoupe ici ce besoin de construire une enquête non autour d'un individu fort et hyper intelligent mais sur une équipe qui se soutient. Ce fait est même renforcé ici par la femme d'un adjoint qui devient la "mère" de l'équipe, les nourrit et les réconforte, dans le cadre de leur bureau improvisé. Des chapitres extérieurs présentent, à travers un coupable potentiel, la vie quotidienne des petites gens de la ville. L'éclatement de l'intrigue entre les différents policiers, et d'autres personnages, donnent une impression de vie, amenée avec soin par Alessandro Robecchi. La partie consacrée en alternance autour de Carlo, pourrait constituer un roman en soi, mais s'intègre bien à l'ensemble, pour un récit qui emporte la conviction du lecteur et présente une bonne carte de visite pour le polar italien.

Citation

En réalité, les appels étaient au nombre de sept, entre 23 h 41 et 23 h 46, heure à laquelle la première patrouille était arrivée et avait bloqué la rue. Puis trois autres voitures avaient débarqué, une de piazza Settimio Severo et deux de via Giovo, en s'engageant dans via Mauri à contresens, en dérapant, en vrombissant et en faisant crisser les pneus.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 02 janvier 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page