L'Assassin des beaux quartiers

Les armes sont tellement diabolisées que la moitié de la population a peur de les utiliser. Comme si c'était un serpent. Un pistolet ce n'est qu'un outil. Comme un marteau. Ou une hache. Avant, tout le monde s'en servait. Pour protéger le poulailler des renards et la banque des bandits.
Michael Winner - Un justicier dans la ville
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Boix-aux-Renards
Le titre du nouveau roman d'Antoine Chainas désigne un lieu, un lieu étrange, un lieu de contes et de...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 06 février

Contenu

Roman - Policier

L'Assassin des beaux quartiers

Tueur en série - Urbain - Procédure MAJ mardi 17 janvier 2023

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,5 €

Manuel Azuaga
Paris : Les 3 colonnes, novembre 2021
144 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-38-326356-2

Dans les pas d'une enquête

Le commandant Morinière est un policier obnubilé par son métier. Aussi quand il se trouve confronté à un tueur en série, il met tout en œuvre pour le coincer. Arrêter quelqu'un qui a comme seul mobile ses pulsions est très difficile. Petit à petit, au fil des témoins qui ont aperçu un petit détail, il peut se rapprocher de l'identité du tueur. Mais soudain les crimes s'arrêtent. Quelques semaines plus tard, heureusement, une affaire criminelle retient son attention à Lyon. Le tueur aurait-il changé de lieu ? Ce détail supplémentaire lui permet de trouver un suspect : un fonctionnaire parisien muté sur Lyon. Il décide de le surveiller mais un nouveau crime est commis. Or, il y a de fortes chances que le suspect ne puisse pas être le coupable. Est-ce quelqu'un d'autre ? A-t-il un complice ? Un copycat ? La ténacité du policier fera le reste.

Un résumé court pour une histoire qui l'est tout autant. De manière éminemment classique, le récit se découpe en deux parties : d'un côté, l'enquête longue et difficile du policier, tenace et volontaire ; de l'autre, les pensées et actions du tueur. Manuel Azuaga, l'auteur, est lui-même policier, et il a sans doute mis de son métier et de son expérience dans la description de l'enquête et peut-être dans la façon de se glisser dans les pensées du personnage du suspect, mais l'ensemble reste très convenu et sans véritable relief. Exercice appliqué, sans déplaisir mais sans excessif entrain non plus, L'Assassin des beaux quartiers se lit et s'oublie dans la foulée.

Citation

Le meurtrier, qui n'était qu'une ombre furtive, dans cette rue Bonaparte à Paris 6e, déserte, quitta les lieux d'un pas alerte, mais sans aucun signe d'affolement. Ses idées étaient claires, il analysa en quelques secondes ce quatrième homicide.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 03 janvier 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page