Les Cornes du diable

Au détour d'une rue, Valmy avait croisé ses fantômes, et leur avait souri comme on félicite, après le combat, un adversaire redoutable.
Alexandre Galien - Soleil levant
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 avril

Contenu

Roman - Policier

Les Cornes du diable

Fantastique - Historique - Scientifique MAJ jeudi 26 janvier 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Éric Marsaudon
Paris : Le Passeur, janvier 2023
478 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-36890-996-6

Brûle, sorcière, brûle

Michel est un jeune médecin parisien qui incarne l'esprit nouveau et fait de science en cette année 1663, et non plus de religiosité. Aussi, c'est en toute conscience que son maître l'envoie pour enquêter sur un cas de possession dans un quartier de Paris. Mais à peine arrivé, il ne découvre qu'une maison ravagée par les flammes et des cadavres. Quelques mètres plus loin, il rencontre un jeune homme qu'il prend en charge avant de s'apercevoir non seulement que c'est une jeune femme mais qu'il s'agit de la seule survivante de cette famille brûlée pour entreprise démoniaque. Il l'installe chez lui et la fait passer pour sa cousine afin d'éviter les commérages. Alors Michel va être envoyé, parfois en compagnie de sa nouvelle cousine qui veut lui être utile pour faire parleur des femmes et des bonnes sœurs, sur d'autres cas de possessions démoniaques. En parallèle la jeune femme se fait engager comme couturière puis dame de compagnie d'une femme de la haute noblesse. Donc, tout en surveillant les affaires de sorcellerie - dont la royauté essaie de se débarrasser surtout parce que cela renforce la puissance de l'Église -, le médecin et sa nouvelle amie vont tenter de comprendre ce qui s'est passé pour que la sœur de cette dernière soit accusée de sorcellerie et que la foule mette le feu à la maison.

Si le lecteur cherche des aventures rythmées et palpitantes, une histoire policière aux relents mystérieux, il risque d'être un peu déçu. Le roman d'Éric Marsaudon est avant tout, et c'est à son honneur, le fruit du travail d'un médecin qui a déjà publié des essais liés à son métier et pétris également d'histoire. Les Cornes du diable fait référence à l'ergot de seigle, une maladie de la céréale qui provoqua des crises sur les humains et laissa penser qu'il s'agissait de possessions démoniaques. L'auteur développe à la fois l'état de la médecine à cette époque, ses doutes, ses certitudes et les luttes entre les tenants d'une science plus traditionnelle, appuyée sur les grands auteurs grecs et latins, et de nouvelles façons de faire, plus empiriques, basées sur l'expérimentation et l'autopsie. Mais il offre aussi une description historique intelligente de la période à travers les déplacements des personnages, les patients nobles et pauvres qui cherchent une solution chez le médecin. Enfin, le rôle de la sœur permet de développer les premiers états du "féminisme" à travers les femmes de la noblesse et de la littérature, des salons qui éclairent le siècle. L'ensemble donne un roman solide, plus historique que policier (même si le roman offrira une solution très bien amenée et qui relie tous les fils de l'histoire : place des femmes, rôle de l'observation pour comprendre, lien avec les médicaments et les potions...). Une très bonne surprise, très didactique, pour les esprits curieux.

Citation

Louise ouvrit des yeux hagards, perdue. Dans l'ombre de sa large capuche, le visage du religieux semblait menaçant et lorsqu'il sortit de sa poche une petite fiole d'eau bénite, elle prit peur et hurla.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 23 janvier 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page