La Détresse des roses

Quand j'interroge un serial killer, je plonge dans les abysses de son âme.
Véronique Chalmet - Dans la tête des tueurs : portraits de profilers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Un moment de doute
L'écrivain américain Jim Nisbet a su créer une œuvre étrange mais finalement assez cohérente dans sa ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 19 mai

Contenu

Roman - Policier

La Détresse des roses

Tueur en série - Urbain - Procédure MAJ vendredi 27 janvier 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,95 €

Jack Jakoli
Paris : Hugo Roman, janvier 2023
394 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7556-6423-2
Coll. "Hugo thriller"

Retrouvailles façon puzzle

Mélanie Penning, jeune gendarme en Belgique, a intégré une brigade chargée des crimes mais ses collègues ne croient pas trop en elle car c'est avant tout une femme. Depuis la mort de ses parents, elle est un peu à cran se sentant responsable de sa jeune sœur qui court les hommes dans les barss de la ville et peut ramener un bel étudiant en médecine à la maison. Aussi quand on commence à récupérer des morceaux de cadavres de femmes dans différents coins de la ville, la population s'inquiète. Y aurait-il un tueur en série dans le coin ? La police a du mal à enquêter car les différentes parties de corps humain découvertes ne permettent pas de retrouver les victimes (surtout que le meurtrier a l'air de vouloir conserver les têtes). De plus, d'autres affaires doivent aussi être traitées et la police a fort à faire car des dissensions apparaissent entre la police et la gendarmerie, surtout lorsqu'un assassinat a pour coupable une policière et que ce sont les gendarmes qui l'arrêtent difficilement. Alors Mélanie Penning est de plus en plus stressée. Si le coupable ne peut être vite arrêté, elle a peur que sa sœur soit une victime supplémentaire ce qui pourrait la pousser, elle, à commettre des erreurs qui obligerait sa hiérarchie à la mettre de côté. C'est peut-être en fouillant les archives qu'elle découvrira la vérité.

L'intrigue de Jack Jakoli est divisée en plusieurs points. Nous allons suivre les différentes découvertes de cadavres, les recherches de la gendarmerie belge, les soucis du quotidien qui minent la vie de Mélanie Penning. À cela s'ajoutent les pensées et actions du tueur en série qui s'amuse à narguer les forces de police. Tout ces éléments s'emboîtent dans un récit qui prend son temps pour raconter, où se mélange une enquête précise et des investigations diverses, où de fausses pistes apparaissent pour mieux le relancer (comme par hasard, le coupable est sans doute surnommé Mimi, diminutif qui correspond au prénom du compagnon en études de médecine). L'auteur, qui fait partie des forces de police belges, décrit des scènes qu'il connait bien, que ce soit des scènes sanglantes ou de rapport de force entre policiers, entre un policier et sa hiérarchie. Tout est bien construit (avec des éléments non donnés comme s'il racontait une histoire vraie - c'est d'ailleurs signalé au début du roman et ça permet une chute à la fin) -, très classique dans le fond et la forme. La Détresse des roses s'avère être une lecture agréable malgré son sujet.

Citation

Découper sa chair l'enivrait. Un ressenti aux antipodes de ce qu'il avait imaginé pour cette conclusion imprévue, conséquence d'un rendez-vous décevant. Qu'elle ait menti sur la marchandise l'avait rendu fou et contraint à sustenter par lui-même ses besoins.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 27 janvier 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page