Notre dernière part de ciel

C'est une simple histoire d'amour entre un garçon et une fille qui n'a rien à voir avec les problèmes raciaux, ni avec la politique, ni avec l'Éducation nationale, nom de Dieu...
Donald Westlake - Envoyez les couleurs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

De neige et de vent
Nous sommes à la frontière entre l'Italie et la France. Dans la montagne, Tordinona, un petit village...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 23 mai

Contenu

Roman - Noir

Notre dernière part de ciel

Braquage/Cambriolage - Drogue - Gang MAJ vendredi 24 février 2023

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Nicolás Ferraro
El Cielo que nos queda - 2019
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Alexandra Carrasco-Rahal, Georges Tyras
Paris : Rivages, février 2023
264 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-5846-5
Coll. "Noir"

Seconds couteaux de torture

Keegan et Lucero sont deux hommes tranquilles. L'un est un pilote d'avion et l'autre un convoyeur. Au début de cette intrigue argentine, ils sont chargés d'emmener une grosse quantité de drogue par avion. Mais un troisième homme pète les plombs et veut tout garder pour lui. Une bagarre s'engage et l'avion s'écrase au dernier moment. Les deux hommes récupèrent la majorité de la drogue mais une cinquantaine de kilos est tombée durant la bagarre. Ils doivent donc tout retrouver, et Zupay les rejoint pour s'assurer que tout va bien. Seul problème et de taille : Zupay est un fou furieux qui a des méthodes sauvages pour retrouver les paysans qui ont ramassé des paquets ou même punir ceux qui en ont trouvé et qui les ont déjà remis à la police. Surtout, les trafiquants vont tomber sur l'Arménien et un certain Reiser, deux hommes au passé trouble qui ont décidé de garder ce qu'ils ont trouvé et qui sont prêts pour ça à se battre. De même, deux jeunes frères, qui ont eux aussi ramassé quelques kilos, cherchent à les revendre à un dealer local. Ce dernier les dénoncera-t-il au gang ou jouera-t-il sa propre carte ?

Le roman de Nicolás Ferraro est un vrai roman noir qui va décrire avec noirceur scènes de torture, échanges de coups de feu, morts violentes, et personnages torturés et menaces multiples - Lucero appelle sa femme qui visiblement a dû "accueillir" d'autres membres du gang, servant de garantie à son travail de recherche. On imagine parfaitement ce que pourrait faire Quentin Tarantino d'un tel livre. Mais le roman est aussi un hommage au noir, par son sens de la description aiguisée, par la montée du suspense et de l'angoisse, par l'humour pince-sans-rire qui affleure derrière les scènes les plus violentes. Les personnages mus par leurs instincts, la cupidité, la démesure ou parfois au contraire, la fidélité à leur vie, leur sens de l'honneur, s'agitent, se battent, luttent et meurent dans la campagne argentine. À noter, ce qui ajoute au noir, l'absence, quasiment tout le long du roman, des forces de police, dont tous se méfient car elles sont plus signe de corruption que de remise en ordre. S'installant dans le genre, Nicolás Ferraro offre donc ici une superbe variation sur un thème classique : la cargaison qui disparait et les luttes pour récupérer "le trésor". Version argentine du thème, Notre dernière part du ciel ajoute une tonalité et un sens du rythme pour annoncer un auteur à suivre.

Citation

Tout est parti en couilles en sept coups de fusil. Pas évident de rater sa cible dans l'espace d'un Cessna, même secoué par le vent. Pourtant Zambrano l'a fait. Il a armé son Ithaca, visé Keegan à la poitrine et pressé la détente. Les plombs ont mordu dans un bras, et aussi dans les pains de came extra-pure entassés au fond du petit avion de tourisme.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 16 février 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page