Avec la permission de Gandhi

Disparaitre : s'en aller sans avertir ni donner d'explication, devenir invisible, cesser d'exister.
Lisa Unger - Et surtout ne te retourne pas...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Sang de nos ennemis
Nous sommes en juillet 1962, à Marseille. Une période trouble et troublée car, alors que la guerre d'...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 26 mars

Contenu

Roman - Policier

Avec la permission de Gandhi

Ethnologique - Historique - Révolution MAJ vendredi 17 février 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,2 €

Abir Mukherjee
Smoke and Ashes - 2018
Traduit de l'anglais par Fanchita Gonzalez Batlle
Paris : Folio, février 2023
370 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-293937-2
Coll. "Policier", 979

Opération Rawalpindi

Après deux premiers volets forts bien menés dans l'Inde de l'immédiat entre-deux-guerres, Abir Mukherjee continue avec talent son exploration d'un vaste pays colonisé en pleine mutation. Le capitaine anglais de police Sam Wyndham, qui a survécu aux affres de la guerre et qui a perdu sa femme de la grippe espagnole, est toujours amoureux de la riche métis Annie. Toujours aussi sous l'addiction de l'opium. D'ailleurs, au début de cette nouvelle aventure, il se retrouve à fuir par les toits une fumerie d'opium alors qu'une descente y est organisée par la Force de police impériale menée par Callaghan. Mais il a eu le temps de croiser le cadavre d'un Chinois, poignardé à deux reprises. Plus tard, dans le funérarium, alors que Wyndham s'y sera infiltré malgré la protection des lieux par les militaires, il découvrira un modus operandi qui a servi et servira encore à plusieurs reprises (yeux et poumons perforés). Aidé par le sergent indigène Sat Banerjee, il va devoir résoudre deux enquêtes. Une est personnelle et liée au cadavre de ce Chinois, l'autre est officielle et consiste à préparer la visite officielle du prince de Galles à Calcutta alors que la révolte pacifique prônée par Gandhi gronde.

Passionnant de bout en bout, Avec la permission de Gandhi nous plonge dans un univers post-Kipling. Le talent de conteur d'Abir Mukherjee est indéniable. Son sens de l'aventure, du rythme et des descriptions ravit. L'intrigue est joliment ficelée. Si les deux pistes vont irrémédiablement converger, c'est par l'entremise de ramifications complexes que le lecteur pressent mais qu'il découvre peu à peu, le romancier délivrant des bouts de pistes qui se mêlent à la trame principale : l'évolution du personnage de Sam Wyndham. Car c'est bien de lui dont il est question depuis le début de ses aventures initiées par L'Attaque du Calcutta-Darjeeling. De lui et de sa rémission à travers le long chemin de l'Inde vers l'indépendance, image littéraire de son long cheminement vers sa libération à lui des paradis artificiels. Située en 1921, l'intrigue nous replonge dans la Première Guerre mondiale et la bataille d'Ypres, avec les gaz moutarde allemands, et les expérimentations militaires anglaises menées en Inde par une équipe de chercheurs dans un lieu tenu secret par les militaires. Wyndham va devoir faire alliance avec les militaires de la section H de Dawson non sans faillir mourir dans leurs geôles (et être victime de chantage). Surtout, il va mettre à rude épreuve son colocataire et ami, le sergent Sat Banerjee, puisque ce dernier va se confronter à ses propres interrogations morales quand il va être amené à croiser deux figures de l'indépendance, deux avocats de renom, son propre père ainsi qu'un ami de son père. Et puis, il y a l'épique : un homme mène sa propre vengeance à partir d'éléments tirés d'une veille photo alors qu'un stock de gaz meurtriers de l'armée à disparu. On craint un acte terroriste dans la foule pendant la visite du prince de Galles, acte qui sèmerait la mort, la confusion et la haine. La résolution de cette aventure se fera en toute fin de visite du prince de Galles, alors que tout s'accélère et qu'Abir Mukherjee introduit, seul bémol à cette intrigue fascinante, un nouvel élément qui amène traitreusement un contrepoint. La suite à venir se situe dans un ashram à Assam pour se purger de l'afem. Mais c'est une autre histoire (avec une idée de reconquête).
À suivre !

Citation

Je comprends soudain que là est le véritable problème. Pour considérer un homme comme votre ennemi vous devez le détester, et alors qu'il est facile de haïr un homme qui vous attaque avec des balles et des bombes, c'est sacrément difficile de haïr un homme qui s'oppose à vous en faisant appel à vos principes moraux.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 17 février 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page