Le Dali noir

Il se bat contre la terre, puisqu'elle ne veut plus rien leur accorder.
Marie-Thérèse Davidson - Caïn Le premier meurtre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 27 février

Contenu

Roman - Policier

Le Dali noir

Ésotérique - Braquage/Cambriolage - Artistique MAJ lundi 20 février 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,5 €

Yves Carchon
Pau : Cairn, mars 2019
238 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-35068-678-3
Coll. "Du noir au Sud", 69

Secrets d'art

Fragoni est un détective privé qui vit tranquillement dans le Sud quand un jour il reçoit une demande particulière. Flora, une vieille dame, le convoque dans sa maison de retraite. Il va tout d'abord découvrir celle qui fut au début du XXe siècle la muse de Matisse, Dali et Picasso, des peintres de l'art moderne, et surtout une grande amie de sa mère, elle aussi, liée aux mouvements artistiques de l'époque. La vieille dame s'inquiète car un de ses tableaux a disparu et elle y tient beaucoup. Fragoni commence alors son enquête qui devrait aussi lui permettre de comprendre un peu plus la jeunesse de ses parents (son père était galleriste et marchand d'art). Mais à peine a-t-il commencé ses investigations qu'il découvre que l'un des possibles coupables du vol n'est autre qu'un des gardes de nuit de la maison de retraite. Et puis ce dernier meurt de mort violente et les pistes entraînent le détective vers deux directions différentes : l'une vers la mafia locale, particulièrement venimeuse, et l'autre vers une secte religieuse. Ces deux pistes sont bien entendu différentes, mais il pourrait également s'agir de deux groupes opposés qui entendent chacun récupérer le tableau volé pour d'obscures raisons. Lorsque Fragoni rencontre le petit fils de la vieille dame et que ce dernier lui dit que le tableau cache un lourd secret, le mystère s'épaissit encore un peu plus. Et si la secte est sans doute dirigée par un politicien local, tout ça augmente encore plus (s'il le fallait) la motivation du détective.

Il y a du Da Vinci code derrière cette histoire ou bien du Alfred Hitchcock avec son fameux McGuffin, symbole de l'objet mystérieux que tous pourchassent et veulent avoir mais dont la réalité même n'est qu'effleurée. Peu importe d'ailleurs ce code secret lié à Dali, et le roman s'en sert pour nous offrir un récit primesautier, courant d'une piste à l'autre, variant les angles de la ville dangereuse jusqu'aux groupes sectaires se cachant dans des grottes pour effectuer des rites secrets ou un monastère perdu au milieu de la forêt et qui pourrait être l'endroit où le Vatican a enfoui des secrets tellement brûlants de manière tellement forte que plus personne ne sait bien où cela se situe. Entre deux repas, Le Dali noir rend un hommage aux propres fantasmagories du peintre et éclaire le passé du personnage central, sa famille et ses secrets, mine de rien, en passant. Entre noirceur et quelques éclats de rire, voici un beau roman de série B, une réussite du texte populaire tel qu'on le concevait dans les années 1950-1970, avec des sociétés secrètes, des révélations qui pourraient détruire le monde ou sauver la planète, et surtout un héros central engagé dans une course poursuite menée avec entrain. Une belle réussite d'Yves Carchon.

Citation

Fragoni vit la portière arrière s'ouvrir sous la poussée d'une main aux doigts gonflés et lourdement bagués. La main de Tixador qui faisait signe à Fragoni de le rejoindre comme si elle l'invitait à pénétrer un cercle de l'enfer.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 20 février 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page