L'Audience est ouverte

Le gros persan noir aux yeux d'opale dévisageait l'intrus avec l'affabilité d'un démon du huitième cercle accueillant un damné. Il était de toute évidence le maître des lieux, cela grondait sous la fourrure.
Frédéric Lenormand - un carrosse nommé désir
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

De neige et de vent
Nous sommes à la frontière entre l'Italie et la France. Dans la montagne, Tordinona, un petit village...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 24 mai

Contenu

Essai - Policier

L'Audience est ouverte

Procédure - Faits divers - Prétoire MAJ mardi 21 février 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Dominique Verdeilhan
Monaco : Le Rocher, mars 2021
362 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-268-10515-4
Coll. "Documents"

Justice trop aveugle

Dans la mécanique des tribunaux français, le chroniqueur judiciaire est un rouage essentiel, celui qui transmet, explicite et met à plat des affaires souvent complexes et parasitées par l'opinion publique, pour en rendre les enjeux compréhensibles au citoyen lambda. Il est celui qui sait voir au-delà du jargon et des effets de manche, des stratégies des avocats ou des tentatives de manipulation, qui décrypte pour nous un empilement de textes et de juridictions opaques. Chroniqueur des grandes affaires criminelles du pays pendant plus de trente ans pour la télévision, Dominique Verdeilhan a pu assister à quantité de procès et, dans L'Audience est ouverte, en restitue certains avant, comme l'explicite son sous-titre "Chroniques d'une justice défaillante", de rendre compte des moments où la machine dysfonctionne, où des innocents se trouvent broyés par le système où des dossiers deviennent injugeables à la suite d'erreurs de procédure. Une initiative louable mais qui peine en définitive à convaincre pleinement peut-être parce que, sans doute par souci commercial, il se concentre sur des affaires largement connues et médiatisées. Se succèdent donc les jugements les plus spectaculaires, du Petit Gregory aux procès d'Outreau ou Tarnac, de Maurice Papon, Bertrand Cantat ou Omar Raddad sans qu'il ne parvienne véritablement à nous faire comprendre des dossiers extrêmement complexes et au final fréquemment non résolus, ni les raisons des "défaillances" de la justice. Trop technique pour le novice n'ayant qu'une connaissance limitée du droit français, trop vague dès lors qu'il s'agit de reconstituer des affaires souvent anciennes, L'Audience est ouverte souffre de plus d'un évident défaut de relecture de la part de l'éditeur, qui laisse passer des phrases bancales, des erreurs répétées dans le nom des protagonistes et des choix typographiques douteux qui ont peut-être leur place dans des prises de notes au tribunal mais se révèlent gênantes dans un essai. Il reste sans doute un ouvrage définitif à écrire sur les égarements de la justice française, mais ce ne sera pas L'Audience est ouverte, qui se voit disqualifié pour vice de procédure.

Citation

Bien que les journalistes soient généralement installés au sein du prétoire dans les tribunaux, ils ne sont en rien des auxiliaires de justice. Nous ne sommes ni juges, ni procureurs, ni avocats d'une cause. Seulement témoins, observateurs privilégiés de la machine judiciaire.

Rédacteur: Jean-François Micard mardi 21 février 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page