L'Apocalypse est notre chance

C'était un peu comme des couleurs trop liquides sur la palette d'un peintre parkinsonien. Ou un caméléon qui aurait découvert par hasard la masturbation. Difficile à dire.
Stéphane Lefebvre - Opale
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 17 avril

Contenu

Roman - Thriller

L'Apocalypse est notre chance

Social - Assassinat - Complot MAJ mardi 21 février 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Ava Fortel
Paris : Rivages, avril 2019
314 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7436-4703-2
Coll. "Noir"

Manifeste joyeux pour un avenir radieux

Laura Vanetti est une jeune étudiante qui tente d'achever sa thèse de sociologie. Tout s'annonce bien pour elle jusqu'au jour où en entrant dans le bureau de son directeur de thèse, Luc Pailleron, elle le découvre mort. Il se serait suicidé, mais pourquoi ? C'était un homme heureux avec plein de projets. Comme sa famille veut se débarrasser de ses papiers, c'est Laura Vanetti qui hérite de tout. Mais ces documents sont convoités et pas forcément pour les trésors d'érudition qu'ils contiennent. Elle devient l'objet d'attentions de la présidente de la fac, puis d'un conseiller secret de l'Élysée. Quand une collègue de Pailleron se retrouve défenestrée, les inquiétudes augmentent encore.

Avec le duo qui se cache derrière Ava Fortel, nous sommes presque dans le McGuffin, ce prétexte argumentaire cher à Alfred Hitchcock, car le secret caché dans les papiers du professeur de sociologie, même s'il explicite le titre et est un secret important, n'est là que pour faire agir l'histoire. Car si Pailleron et ses amis connaissent le secret qu'ils ont créé, autant le personnel de l'Élysée que la présidente de la faculté ou Laura en ignorent tous les contours et les aspects. On sait que le professeur préparait quelque chose et qu'il avait enregistré des heures d'entretien avec des gens, mais que comptait-il en faire et pourquoi ? Tout ça reste un mystère qui ne sera révélé que dans les dernières pages. Entretemps, nous aurons droit à une comédie humaine dessinée de main de maître : la faillite de la faculté française à travers un jeune homme débrouillard qui tente de poursuivre des études malgré ses maigres moyens financiers. Une thésarde et les compromissions auxquelles elle pourrait se livrer pour réussir. Son compagnon qui essaie de l'aider. Une présidente de faculté qui joue sa carrière en pactisant avec le diable si nécessaire. Cela donne une suite de moments drôlatiques, cyniques ou ironiques sur l'état de la recherche française. Comme pour Les Compromis, de Maxime Calligaro et Éric Cardère, paru il y a peu chez le même éditeur dans la même collection, et qui parlait des couloirs feutrés du parlement européen, L'Apocalypse est notre chance est une évocation efficace et tendre du milieu universitaire germano-pratin, posée sur une intrigue policière efficace qui permet de mieux apprécier le décor et les descriptions que, par exemple, les romans d'un David Lodge.

Citation

- Sa tendance politique, c'est quoi ?
- Aucune. Son ambition surpasse très nettement ses loyautés.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 21 février 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page