Meurtre télécommandé

Mes muscles sont engourdis comme si j'avais disputé quinze rounds à la suite. Une longue et froide promenade m'attend jusqu'à mon appartement de Sibirien. Je grelotte déjà.
Martin Holmèn - Metropol. 1, Corps-à-Corps
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 15 avril

Contenu

Bande dessinée - Noir

Meurtre télécommandé

Hard boiled - Assassinat - Whodunit MAJ samedi 25 février 2023

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

van de Wetering (scénario), Paul Kirchner (dessin)
Murder By Remote Control - 1984
Postface de Paul Kirchner
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Patrick Marcel
Villeurbanne : Tanibis, novembre 2022
illustrations en noir & blanc ; 29 x 23 cm
ISBN 978-2-84841-070-8

Maine in black

Fruit d'une longue réflexion et d'une correspondance épistolaire (expliquée dans une riche postface), Janwillem van de Wetering et Paul Kirchner ont élaboré au début des années 1980 une bande dessinée en noir et blanc qui va chercher sa source aux confins des années 1950 et aussi 1970. Avec un trait à l'encre de Chine réaliste qui s'inspire de photos de personnages célèbres, mais aussi anonymes, le dessinateur américain Paul Kirchner épouse à merveille une intrigue policière noire, psychédélique, barrée et pourtant balisée du romancier hollandais exilé dans le Maine, Janwillem van de Wetering.

L'histoire est classique : alors qu'il pêche tranquillement le long de la côte en buvant des canettes de bière qu'il balance une fois vides dans l'eau, Monsieur Jones est assassiné. Monsieur Jones venait d'acheter pour une bouchée de pain des terrains le long du littoral. Monsieur Jones entendait bâtir une raffinerie et faire du gâchis paysager une entreprise fructueuse. Mais monsieur Jones n'a pas compté sur ses voisins excentriques et pas banals, qui ne l'entendaient peut-être pas ainsi. D'ailleurs, son assassinat n'est pas banal : Monsieur Jones a été tué par un avion télécommandé qui lui a fait ravaler sa grossièreté.

Pour le shérif, le fait est à classer dans la catégorie "accident". Mais comme il y a eu mort d'homme, il a été obligé d'en référer à la police d'État. Et débarque dans la foulée l'inspecteur Jim Brady, qui est certain, preuves à l'appui, qu'un crime a bien été commis. Ce dernier va rencontrer à plusieurs reprises les quatre voisins qui sont autant de suspects : M. Kane, vieil homme qui s'y connait en mécanique ; Valérie Curtin (modelée d'après Maud Adams, top model et par deux fois James Bond Girl), star de l'effeuillage récemment retraitée et adepte du thé à la rose ; Joe McLoon, tétraplégique dangereux fan du roadster, des jeunes minettes et des armes à feu ; Steve Goodrich, acteur oublié, clone de Clark Gable, qui vit dans le passé avec un majordome allemand, copie conforme d'Erich von Stroheim selon la doctrine Sunset Boulevard avec nazi. Entretemps, il va mettre fin à un trafic de drogue avec cynisme. Surtout, il va révéler les personnalités de chacun des protagonistes avant de démasquer le coupable et de retourner dans son bureau le devoir accompli.

Janwillem van de Wetering est un romancier talentueux, qui a écrit une imposante série policière autour de deux personnages d'enquêteur, Grijpstra et De Gier, dont nombre de romans sont édités chez Rivages. Son intrigue est solide et carrée. Les dessins de Paul Kirchner, eux, adoptent aussi une tonalité carrée qui s'émancipe des cases même si l'illustrateur s'intéresse beaucoup aux plans symétriques, à l'anthropomorphisme (pour rendre compte des personnalités) et à l'underground des années 1970 où il réussit le tour de force de proposer des images psychédéliques en noir et blanc. L'ensemble donne quelque chose de brillant, de froid, de cynique, qui met à mal la solitude d'êtres exilés dans le Maine pour y mourir de souvenirs. Le tout sur fond de roman noir qui réussit la gageure de prendre des tournures de whodunit. Magnifique !

Illustration intérieure


Citation

'Qui ?' s'était demandé M. Jones, quand il le pouvait encore. Bonne question. Ç'aurait pu être n'importe qui, tapi sur la côte. Qu'y voit-on ? Quatre maisons. Qui dominent la baie. Qui y vit ? Les propriétaires ne seraient-ils pas des suspects idéaux ?

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 25 février 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page