Les Morts d'avril

Un salarié, ça ferme sa gueule ; c'est même pour ça qu'on les recrute.
Christian Gouy - Le Soleil se lève à l'est
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Un moment de doute
L'écrivain américain Jim Nisbet a su créer une œuvre étrange mais finalement assez cohérente dans sa ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 20 mai

Contenu

Roman - Noir

Les Morts d'avril

Politique - Disparition - Attentat MAJ lundi 20 mars 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23,5 €

Alan Parks
The April Dead - 2021
Traduit de l'anglais (Écosse) par Olivier Deparis
Paris : Rivages, mars 2023
444 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-5907-3
Coll. "Noir"

Se découvrir d'un fils

Avec Alan Parks, l'inspecteur Harry McCoy entame donc un nouveau mois de son année 1974. Nous sommes à présent en avril et il va avoir fort à faire. Tout commence lorsqu'il récupère un ami d'enfance, sortant de prison. Mais à peine son ami est-il sorti que, non seulement il reprend ses activités criminelles avec violence, mais encore qu'un de ses opposants se retrouve mort, assassiné, après qu'une altercation a eu lieu entre les deux hommes devant témoin. Ce qui va poser problème à notre inspecteur c'est l'alibi de son ami lorsque cet homme est mort : il aurait assisté à un match de boxe à ses côtés... En parallèle, Harr McCoy est envoyé sur une sombre affaire. Une explosion a détruit un appartement et il semble bien que l'artificier soit mort au moment de l'explosion de sa propre bombe, mais qu'es-ce que cela cache ? Y aurait-il un lien avec les mouvements de sécession nord-irlandais ? Encore un caillou dans la chaussure de l'inspecteur que certains dans les rangs de la police de Glasgow jugent trop près des rebelles irlandais. Une enquête d'autant plus périlleuse qu'il semble bien qu'il y avait une autre personne dans l'appartement au moment de l'explosion. Enfin, l'inspecteur est contacté par un officier américain venu en Écosse pour en savoir plus sur la disparition de son fils. Ce dernier, marin américain, basé à Holly Loch, dans une "caserne" portuaire de la ville, a disparu lors d'une permission. L'inspecteur Harry McCoy est d'autant plus inquiet que toutes les pistes qu'il parcourt l'entraînent soit vers un groupe paramilitaire, choyé par les autorités, ou vers la culpabilité de son ami, un ami qui commence à se défier de son ancien camarade de quartier.

Bien entendu les pistes vont se croiser, renforçant le côté noir de l'histoire. L'auteur écossais, qui a décidé d'écrire une série avec le concept d'un épisode par mois dans la vie de son inspecteur, ne joue pas avec la facilité, d'autant plus que nous ne sommes qu'en avril et que les nuages et les méchants s'amoncellent, comme autant de nuées noires, sur le personnage central. En ce qui concerne cet épisode plus spécialement, il est conforme aux précédents : intrigue serrée et rythmée, ambiance de polar sombre, restitution de l'époque et de la ville à la fois forte et prenante, multiplicité des scènes poignantes et angoissantes, peuplées de morts violentes, de menaces pesantes, d'histoires d'amitiés viriles traversant le vide des vies. Bref, il y a là tout le travail du roman noir anglo-saxon avec ses thématiques politiques et sociales et sa tonalité qui le violent, fort et addictif. Une série qui continue, se peaufine et garde toute sa force.

Citation

Il n'y avait aucun endroit du monde que McCoy détestait plus que la morgue. À sa sortie du taxi, en apercevant le long bâtiment bas au bord de la Clyde, il fut pris d'un haut-le-cœur. Voir un mort était la dernière chose dont il avait envie, mais il le fallait. Il lui devait bien ça.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 14 mars 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page