Ainsi parlait Célestine

- Tu es Carter ? - Oui, et vaut mieux m'éviter.
Stephen T. Kay - Get Carter
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 15 juillet

Contenu

Roman - Noir

Ainsi parlait Célestine

Politique - Social - Écologique MAJ vendredi 24 mars 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Alexis Legayet
Malzéville : Territoires témoins, février 2023
154 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-918634-62-1
Coll. "Borderline"

L'enfer est pavé de bonnes intentions

On ne saura pas si Alexis Legayet a lu auparavant Bertold Brecht (et non Friedrich Nietzsche auquel le titre fait référence) et notamment sa pièce autour du Troisième Reich (justement intitulée Grand-peur et misère du IIIe Reich), mais il y a dans ce roman une parenté lointaine avec l'une des saynètes qui la composent. Dans une des parties, Bertold Brecht imagine des parents angoissés car leurs enfants ne sont pas là avec sous-jacente la question de la dénonciation à la Gestapo. Dans le présent roman, Célestine est une jeune fille, une adolescente, un Greta Thunberg française. Elle ne s'occupe pas trop de l'école, mais de lutter contre les dérives anti-écologistes de sa famille. Elle a particulièrement en cible son propre père qui fume, boit et a le mauvais goût de manger de la viande. Pour assurer ses combats, elle donne de nombreuses informations sur les réseaux sociaux, ce qui lui vaut une grande popularité auprès de ses amis. Mais un jour, ce qu'elle poste sur les réseaux va provoquer par ricochet, tellement tout le monde a peur de se voir considéré comme anti-écologiste, le licenciement de son père par son entreprise. C'est ainsi que le père, fâché, et l'on pourrait l'être à moins, gifle sa fille, qui se plaint encore plus et va encore plus radicaliser son combat.

Récit drôle et enjoué, Ainsi parlait Célestine raconte à travers le destin de la jeune fille, une dystopie assez noire sur le monde et les tendances woke que l'on voit fleurir. S'appuyant sur une série d'anecdotes, dont on pourrait avoir les pendants dans la réalité, Alexis Legayet s'amuse et nous amuse dans un court récit avec vivacité sur un futur possible, noir à souhait. C'est ce mélange entre le sombre de ce qui est imaginé et le rose de la description qui finit par emporter le plaisir du lecteur.

Citation

Les Brigades de la planète, ça vous dit quelque chose ? Non ? Eh bien, promenez-vous à Pouilly-le-Sec ! Vous y verrez des jeunes dont le courage et la vertu sont un exemple pour tous. Au lieu de s'adonner aux plaisirs privés et abrutissants des écrans, de jeunes collégiens ont décidé de prendre enfin les choses en main.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 14 mars 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page