Toulouse mortelles bénédictions

Les gens aiment noircir les tableaux, rarement leur apporter une touche de lumière.
Nadine Monfils - À Montmartre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 18 juillet

Contenu

Roman - Policier

Toulouse mortelles bénédictions

Social - Religieux - Vengeance MAJ mardi 14 mars 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Bernard Cazeaux
Saint-Estève : Les Presses littéraires, janvier 2023
558 p. ; 17 x 12 cm
ISBN 979-10-310-1299-5
Coll. "Crimes et châtiments"

Toulouse noir

On tue à Toulouse... Et de plus, les cadavres sont disposés dans des églises et mutilés selon des rituels religieux. La capitaine Florence Lamy, du SRPJ de Toulouse, tente de résoudre l'affaire dès le meurtre de l'architecte sans histoire Benoit Gombaud, et découvre que les victimes sont des couples adultères. Quelqu'un s'est lancé dans une croisade moralisatrice dans toute la ville rose. La police ignore que ce "héros de Dieu" autoproclamé, issu d'une famille aspergée d'eau bénite, ointe des saintes huiles et nourrie au corps du Christ a entamé sa propre lutte contre le Malin - mais entend au passage assouvir ses troubles rapports avec la chose et ses pulsions voyeuristes. L'enquête ne sera pas de tout repos...

On passera sur ce titre pas vraiment attirant. Dans ce texte de Bernard Cazeaux au parfum presque rétro, foin de sensationnalisme, l'action progresse majoritairement par les différents meurtres jusqu'à la résolution. Mais l'enquête proprement dite est moins intéressante que le cheminement de son pitoyable assassin au profil psychologique détaillé (et donc crédible, loin de ces romans où on se fait tueur en série comme on se mettrait au macramé), voyeur tourmenté par la chose qui permet à l'auteur de dénoncer par l'exemple l'hypocrisie inhérente à la bigoterie. C'est aussi le portrait en demi-teinte d'un milieu tragi-comique où l'auteur rejoint ces disséqueurs des travers d'une certaine bourgeoisie de province, de Flaubert à Simenon en passant par le regretté Chabrol (évidemment). On resserrerait volontiers l'action pour éviter quelques redondances (plus de cinq cent cinquante pages, tout de même...), et on donnerait un peu plus de mordant au style, mais le tout ne manque pas de charme pour qui aime cette écriture "classique"...

Citation

Lui, l'architecte, l'esthète épris d'histoire de l'art, le spécialiste de la statuaire antique, découvrir devant ses yeux ébahis un modèle vivant pour lequel se seraient certainement damnés des Phidias, Polyclète ou autre Praxitèle.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 14 mars 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page