Les Jumeaux de Piolenc

Nous allons devoir faire avec tes singuliers talents. Tu sais, comme on fait en première année de médecine : coupe coupe coupe. Ou tu fais ce que je te dis ou tu ne sors pas vivante d'ici.
David Anspaugh - Wisegirls
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 18 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Les Jumeaux de Piolenc

Psychologique - Disparition - Cold case MAJ lundi 20 mars 2023

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,3 €

Sandrine Destombes
Paris : Pocket, octobre 2019
406 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-266-29625-0
Coll. "Thriller", 17628

Aux grands jumeaux...

La petite ville de Piolenc reste marquée par un drame non résolu, celui de la disparition trente ans plus tôt des jumeaux Solène et Raphaël, onze ans. Seule Solène a été retrouvée morte trois mois plus tard dans des vêtements qui n'étaient pas les siens. Ni l'assassin, ni son frère à elle n'ont été retrouvés. L'affaire a marqué à la fois Jean Wimez, le gendarme chargé de la cellule de crise inefficace - qui continue de croire à la possibilité de résoudre l'affaire –, et Victor Lessage, "le damné de Piolenc" et père des enfants. Or aujourd'hui, en 2018, une petite Nadia disparaît de nouveau pour être retrouvée vivante quelques jours plus tard, mais elle reste muette sur ce qui lui est arrivé en dépit des efforts d'une pédopsychiatre et a juste un message à délivrer à Victor Lessage : "Solène lui pardonne." Quelques temps plus tôt, elle s'était intéressée de près à l'affaire des jumeaux. Puis une autre enfant disparaît à son tour... Enfin, Nadia est retrouvée morte, suicidée avec les somnifères de sa mère. Qu'est-ce qui peut bien pousser une enfant d'onze ans à commettre l'irréparable ? C'est alors que l'on découvre que celle-ci était sous l'emprise d'une main anonyme sur Internet, certainement un adulte se faisant passer pour une jeune fille de son âge. Son pseudo ? Solène...

Une histoire qui ne peut qu'accrocher de par son thème, et qui dévoile peu à peu une intrigue dûment embrouillée quitte à malmener la crédibilité. Que du bon donc ? Mais il y a la manière de présenter le récit... Cette histoire de petite communauté frappée par un meurtre pourrait entraîner des développements ici absents car, selon la doxa actuelle, il n'y a pas l'ombre d'une description ou d'une note d'atmosphère, et l'exposition est limitée à quelques coupures de presse contrairement à la règle littéraire qui veut que l'on montre plutôt qu'expliquer, ce qui fait qu'il est difficile de se passionner pour l'intrigue. Et ce ne sont pas les personnages à peine différenciés sinon par leurs noms qui feront la différence. Surprenant de la part d'une auteure qui nous a habitué à mieux. Ce style ultra-factuel donne plutôt l'impression de lire le scénario à peine enrichi d'une de ces myriades de mini-séries télévisées embrouillées ou l'interprétation des acteurs est censée remplir les blancs. Dommage.

Citation

On avait fait lire ces échanges à la pédopsychiatre. Elle était catégorique : l'imposteur était un adulte qui maîtrisait parfaitement l'art de la manipulation. Aucune faute de syntaxe et d'orthographe, mais le vocabulaire était choisi de façon à ce qu'une petite fille de onze ans ait l'impression de discuter avec une personne de son âge. Le ton était à la fois complice et directif. Solène, puisqu'ils ne pouvaient lui donner un autre nom pour l'instant, avait progressivement infecté l'esprit de Nadia.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 20 mars 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page