Dans la gueule de l'ours

Quand j'avais assassiné le démon, Mr Monster avait goûté pour la première fois à la mort, et désormais il en voulait plus.
Dan Wells - Mr Monster
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

De neige et de vent
Nous sommes à la frontière entre l'Italie et la France. Dans la montagne, Tordinona, un petit village...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 29 mai

Contenu

Roman - Noir

Dans la gueule de l'ours

Écologique - Vengeance - Montagnard MAJ vendredi 14 avril 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,5 €

James A. McLaughlin
Bearskin - 2018
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Brice Matthieussent
Paris : J'ai lu, octobre 2021
410 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-290-25256-7
Coll. "Thriller", 13345

Sauvagerie des hommes et civilisation de la nature

Rice Moore avait un besoin urgent d'argent et il a jouer le passeur de drogues pour un cartel mexicain avec une amie. Mais la nouvelle petite amie de cette amie était un agent de la police infiltré et ils ont été tous deux arrêtés. Pour éviter tout souci, le cartel a envoyé ses tueurs pour liquider les deux prisonniers. Si la jeune femme a été torturée et son corps abandonné aux charognards, Rice Moore a pu se protéger en prison, a tué un tueur débutant, frère du tueur en chef du cartel, puis s'est fait engager sous un faux nom pour survivre dans une réserve privée des Appalaches en qualité de garde forestier. Il est ainsi chargé de s'occuper, donc de protéger, face aux braconniers et aux autres campeurs, d'une zone achetée et entretenue par une famille qui entend soustraire à la prédation une partie de forêt primaire de Virginie. Et sa mission est d'autant plus difficile qu'il vit à proximité des habitants du cru qui eux vivent, parfois survivent, en braconnant un peu ou en étant au minimum habitués à se déplacer sur des terres et dans des forêts sans s'occuper des limitations et des barrières. Il y a notamment la famille Stiller qui pratique la chasse de manière illégale et est liée, au moins de loin, avec les gangs de bikers de la région. Rice Moore doit à la fois faire attention aux truands locaux et à la police car, s'il commet le moindre faux pas, son nom pourrait être entré dans les systèmes informatiques et, vu le niveau de corruption généralisée, son passé pourrait revenir le hanter. D'autre part, il doit se méfier de tout le monde car la jeune femme qui l'a précédé a été violée et blessée pour s'être un peu trop investie dans son travail. Lorsque le cadavre d'un ours est retrouvé les pieds coupés et la carcasse ouverte privée de certains organes recherchés par des Chinois pour leur médecine, Rice Moore décide de surveiller et de piéger les braconniers, au risque de se dévoiler...

Dans la gueule de l'ours fait partie de ces romans, dont les Américains sont coutumiers, qui décrivent et montrent, dans les traces de David Henry Thoreau, comment apprécier et développer l'amour des espaces naturels sauvages et des bêtes. Et ce roman ne déroge pas à la règle avec de longues descriptions des animaux, petits et gros, et des oiseaux qui peuplent ou simplement passent dans les bois. Sans compter les plantes, les plus petits des champignons et les arbres multi-centenaires qui constituent cette wilderness. James A. Laughlin couple tout ça à une intrigue policière classique mais bien construite (séparée en deux avec quelques flashbacks qui reviennent sur le parcours du personnage central, et l'essentiel du roman qui s'attarde sur l'enquête actuelle). L'ensemble tient la route et le lecteur est pris dans les descriptions comme dans l'action, dans les scènes plus intimes comme dans celles qui mettent en avant l'aspect naturel de son histoire.

Citation

Ils pénétrèrent bientôt dans une zone d'air malsain, une puanteur qui vous prenait à la gorge, plus infecte que l'habituelle odeur de charogne, une viande en putréfaction et une douceur écœurante. C'était presque visible et il marcha vers sa source aussi sûrement que s'il suivait un panache de fumée. Deux animaux apparurent à droite, des chiens noir et beige courant la tête haute.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 14 avril 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page