Hirondelles en hiver

Je n'ai toujours pas compris la mort de mon père et je commençais depuis quelques mois à faire l'apprentissage de celle, sans doute prochaine, de ma mère. Je me suis assoupi, peut-être pour suivre Anaxagore et oublier la mort.
Yves Hughes - Éclats de voix
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

De neige et de vent
Nous sommes à la frontière entre l'Italie et la France. Dans la montagne, Tordinona, un petit village...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 26 mai

Contenu

Roman - Policier

Hirondelles en hiver

Historique - Social - Guerre MAJ lundi 17 avril 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,5 €

Jean-Pierre Bonnet
La Geneytouse : Lucien Souny, octobre 2018
190 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-84886-712-0
Coll. "Le Chant des pays"

L'hirondelle peut faire le printemps

Gustave est un homme simple qui croit même que la vie peut être simple. Il a quitté sa province natale pour monter à Paris travailler dans la police. Une belle plante locale, Isabelle, l'a suivi pour vivre elle aussi dans la Capitale. Lui, y est devenu hirondelle, c'est-à-dire l'un de ces policiers que l'on croise dans les vieux films de Jean Renoir ou Marcel Carné qui font des patrouilles à vélo avec de longues pèlerines. Sa simplicité le pousse à rester honnête, malgré ses liens avec un collègue, Yvon, bien plus arriviste que lui. Mais cette simplicité va être mise à rude épreuve par l'arrivée des Allemands en cette détestable année 1940. Tandis que Gustave essaie de rester droit et honnête, lentement sa femme s'eloigne de lui et Yvon, l'ami, commence à chercher à monter en grade en se faisant bien voir des envahisseurs ou des pétainistes. Lorsque Gustave prévient des juifs de leur future arrestation ou prend sous son aile un enfant juif qu'il soustrait lors de la rafle du Vel' d'Hiv, il est repéré à la fois par les collaborateurs et par les réseaux naissants de la résistance...

Voici donc le point de départ d'un récit qui va raconter la période de la guerre et des forces de police dans cette guerre à travers le destin d'un policier de base, un petit homme en pèlerine qui n'est armé que de sa bonne volonté et de sa certitude de rester dans le droit chemin de l'humanité. Reconstruction historique plus que véritable enquête, le roman de Jean-Pierre Bonnet est surtout l'histoire de la trajectoire d'un homme normal, banal qui doit choisir entre ses valeurs et le monde. À travers son choix, et celui d'Yvon, et d'autres policiers de son commissariat, c'est toute l'atmosphère de l'époque, ses compromissions, ses petits accrocs avec la morale ou la dignité, que l'auteur restitue avec soin, sans cacher que parfois le noir devient blanc, le blanc devient noir et que certains choisissent le gris. Et que même ce gris peut avoir différentes teintes. Une leçon d'histoire vue au niveau du peuple parisien, par un petit fonctionnaire, pour un roman écrit de manière classique et intelligente, vif et rapide, solidement documenté.

Citation

Il fut décidé que Gustave ne retournerait pas en brigade cycliste. Il restait désormais au poste. Sans doute espérait-on, s'il était compromis, déstabiliser son réseau.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 17 avril 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page