Le Mouroir des végans

Non, il ne peut pas mourir, son esprit n'est pas en paix, il a juré de les conduire dans un pays où ils seraient à l'abri. L'obscurité l'enveloppe, d'un seul coup. Il fera froid désormais. Toujours froid.
Anne Fakhouri - Hantés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 20 avril

Contenu

Roman - Policier

Le Mouroir des végans

Social - Assassinat - Rural MAJ mardi 18 avril 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Vanessa Fuks
Paris : Et le bruit de ses talons, mars 2023
124 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-37912-051-0

Malaise chez les panais

Le narrateur est un policier, un inspecteur de la police judiciaire qui travaillait sur Paris mais qui, suite à des soucis, s'est retrouvé parachuté dans un coin paumé de la campagne profonde. Il ne s'y passe pas grand-chose et l'inspecteur peut tranquillement glander dans un bureau tout en s'occupant d'un chat qu'il a recueilli. Mais entre les ruines agricoles, les friches industrielles, et son regard un peu pessimiste sur les choses, il est facile de voir le monde en noir. Un jour, pourtant, une enquête va le mobiliser. En effet, un vieux paysan l'a appeler car des "inconnus" lui auraient volé des veaux. Inconnus est mis entre guillemets car, de fait, tout le monde soupçonne une bande de végans, vivant dans une ancienne ferme, militants spécistes qui embêtent tout le monde. Seul petit souci, l'une des dirigeantes du groupe est la fille d'un haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, avec un papa interventionniste, ce qui complique les possibilités de fouiner. Mais en relevant les indices chez le paysan, l'inspecteur trouve une basket, récupérée par le chien du paysan. Or cette basket ne peut venir, justement, que du campement végan. Et quand il finit par arriver au camp, il va découvrir dans la nourriture des cochons, que les militants gardent, un bras avec un tatouage. Le policier va alors essayer de découvrir à qui appartient ce bras...

Le récit de Vanessa Fuks est centré sur les personnages dont on vient de parler. D'un côté un policier seul, désabusé, qui avance plus par la force de l'habitude que par nécessité fondamentale. Mais on apprécie ce misanthrope qui s'occupe de son chat et regarde de loin des végans si voués à vouloir sauver les animaux qu'ils semblent prêts à tuer des gens. De l'autre, le roman accumule les endroits sombres, les lieux sales, les gens visqueux, sans pour autant une seule seconde sembler forcer le trait, comme si le glauque était une donnée nécessaire de l'univers. Servi par un style dense, où chaque scène renforce l'ensemble, Le Mouroir des végans constitue une nouvelle pierre, une nouvelle réussite, dans l'édifice que construisent à la fois Vanessa Fuks et son éditeur, ensemble et séparément.

Citation

Rien ni personne, ne pouvait m'arrêter. J'étais dans cet état connu et redouté, celui qui m'avait conduit à la faute, à l'exil. Mais en aucun cas à une quelconque rédemption.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 18 avril 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page