Les Ombres d'Adelaide Hills

En Russie, le tennis est un signe extérieur de richesse. Si un russe vous dit qu'il joue au tennis, il vous dit qu'il est plein aux as.
John Le Carré - Un traître à notre goût
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 juin

Contenu

Roman - Noir

Les Ombres d'Adelaide Hills

Social - Énigme - Presse MAJ samedi 29 avril 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,9 €

Kate Morton
Home Coming - 2023
Traduit de l'anglais (Australie) par Laurent Bury
Paris : Charleston, avril 2023
650 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-36812-952-4

Les coins sombres du bush lumineux

1959, en Australie. Alors que le père de famille est en Angleterre, un passant découvre la famille Turner morte sur le lieu de leur pique-nique. Seule une tante, restée dans la maison car elle était aux dernières heures de sa grossesse, a survécu. Le bébé de la mère de famille, placé dans un couffin, a également disparu. Personne n'aura de réponse à donner à ce drame dans les semaines qui suivent et le mari, horrifié, restera en Angleterre où il refera sa vie. Des années plus tard. Nora, la tante a repris la maison familiale où s'est passé le drame, un drame accentué par la découverte dans le jardin du corps du bébé (sans doute volé et mangé par des coyotes). Même si elle ne s'entend pas très bien avec Polly, sa fille, elle accepte de s'occuper de son bébé, Jess. Alors que Polly vit en ville et travaille, sa fille Jess grandit avec cette grand-mère aimante, puis part travailler à Londres comme journaliste. Quand sa grand-mère après une chute se retrouve hospitalisée, elle revient pour découvrir dans un livre, entre deux propos incohérents de sa grand-mère, l'histoire de la tragédie familiale qu'elle ignorait. Elle décide donc de reprendre l'enquête à son compte...

Roman assez imposant par la taille, très romanesque, Les Ombres d'Adelaide Hills joue sur plusieurs périodes historiques : nous allons nous trouver en 1959 lors de la découverte des corps et de la première enquête, en chapitres alternés avec les relations de Nora et sa fille, ceux consacrés à des extraits du livre et des carnets du journaliste américain, et dans le présent avec le retour de Jess qui doit composer avec une grand-mère adorée mais qui a, au minimum, menti par omission, une mère un peu inconséquente (et peut-être aussi suffocante par le poids de la grand-mère qui l'étouffait) et ce secret de famille dont elle perçoit quelques brides, autour de la famille de son grand-oncle. Là-dessus, on découvre aussi la vie de quelques habitants du village et de leurs rapports parfois complexes avec la première famille Turner. Axé sur la trajectoire des trois femmes, sur leurs rapports complexes, sur la vie provinciale en Australie (avec le côté désuet des années 1960, où l'on semble encore presque dans l'ère victorienne), Les Ombres d'Adelaide hills raconte autant les itinéraires des personnages, les secrets de famille, qu'une enquête policière classique (avec des éléments que le lecteur attentif a compris rapidement), mais l'ensemble est de bonne facture, dans la tradition de ces sages familiales un peu dépaysantes qui font les belles heures des lecteurs.

Citation

Par la suite, lorsqu'on l'interrogerait à ce sujet, comme cela devait se produire de nombreuses au cours de sa longue, très longue vie, Percy Summers répondrait sans mentir qu'il les avait crus endormis.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 29 avril 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page