Bons baisers d'Europe

N'eussé-je perdu tout sentiment de Dieu et été à la dérive, j'aurais pu me détourner de l'abîme et dissuader Ruth en prime. Assurément, Dieu m'incitait en esprit à faire le bien. Mais lorsque l'esprit en question a été amoindri à un degré tel que le mien, [une telle incitation] n'est guère plus que le salut d'un ami qu'on ne reconnaît pas.
Ron Hansen - Une irrépressible et coupable passion
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Un moment de doute
L'écrivain américain Jim Nisbet a su créer une œuvre étrange mais finalement assez cohérente dans sa ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 20 mai

Contenu

Roman - Espionnage

Bons baisers d'Europe

Politique - Pastiche - Attentat MAJ mercredi 10 mai 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Philippe Mouche
Montfort-en-Chalosse : Gaïa, avril 2023
286 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-330-17769-0

Vivre et laisser vivre

L'Union Européenne s'est dotée d'un ambassadeur du multilinguisme, un homme qui parle toutes les langues de l'Europe (du moins les vingt-quatre officielles). Il s'agit d'un migrant oriental qui se fait à présent appeler Fergus Bond, allusion transparente à James Bond. Mais là où l'espion anglais maniait le pistolet, Fergus Bond manie les différentes langues, joue avec le langage pour promouvoir une nouvelle Europe, encore plus forte. Dans l'ombre, deux pays d'Europe orientale, l'Holothurie et le Tichodrome, deux pays où le nationalisme est fort présent et qui se vouent une haine inexpiable, ont décidé de liquider ce nouvel arrivé dans l'arène européenne. Soutenus en sous-main par divers eurodéputés nationalistes, les deux pays, après avoir raté leur premier attentat, décident de s'allier pour faire disparaître Fergus Bond. Mais les haines ancestrales ne simplifient pas les choses. De plus, le tueur envoyé pour dégommer l'homme de langue, surnommé l'Iguane, se retrouve face au linguiste et est conquis par son charme. Il passe dans son camp et va même essayer d'empêcher les attentats suivants. De nombreux attentats, puisque Fergus Bond a décidé de faire un tour d'Europe afin de prêcher la bonne parole.

Le roman de Philippe Mouche est un livre utopique autour de l'idée de créer une Europe unie et avançant d'un seul pas, en s'appuyant sur un personnage extérieur au départ à cette Europe. De nombreux éléments satiriques appuient son exposé, que ce soit les "experts" qui gravitent autour de Fergus Bond, qui essaient de le convaincre de certains pas à faire, même si l'ambassadeur a d'autres visées et surtout autour des deux pays que sont l'Holothurie et le Tichodrome, version contemporaine de la Syldavie et de la Bordurie, chères à Tintin, ou d'un eurodéputé nationaliste. Peuplé de coups de feu, d'attentats ratés, de plans secrets cachés dans d'autres plans secrets, d'agents secrets paranoïaques, le récit est avant tout un texte littéraire qui joue avec les éléments du noir plutôt que d'être un récit noir. Une fin extrêmement ouverte, le peu d'informations sur les véritables motivations du personnage, une histoire qui avance sans véritable intrigue, ce roman est surtout à conseiller aux amateurs d'un roman joueur et taquin, s'inspirant de codes pour les détourner et qui laisse un peu sur sa faim les lecteurs qui espéraient soit du roman d'espionnage, soit une intrigue forte, soit un décryptage de l'Europe. Pour les autres, c'est une jolie joute stylistique à contraintes.

Citation

Au prix d'un effort violent, elle se remet en mouvement. Essaie de joindre l'ambassadeur sur sa ligne personnelle, puis sur le téléphone bleu, il ne l'éteint jamais, sept personnes au monde connaissent le numéro. Pas de réponse, c'est pas normal, pas normal du tout.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 10 mai 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page