Edgar Destoits : L'étrange affaire du loup de la nuit

À défaut de balles en caoutchouc, le lieutenant plombait au Smith et Wesson.
Cent Elman - Mistral
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 27 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Edgar Destoits : L'étrange affaire du loup de la nuit

Fantastique MAJ jeudi 11 décembre 2008

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 9 ans

Prix: 8 €

Paul Stewart
Barnaby Grimes : Curse of the Night Wolf - 2007
Traduit de l'anglais par Jacqueline Odin
Toulouse : Milan jeunesse, avril 2008
192 p. ; 19.5 x 13 cm
ISBN 978-2-7459-2984-6
Edgar Destoits, 1

Ce qu'il faut savoir sur la série

Edgar Destoits est un coursier-livreur - ou "envoyé tic-tac". Certes, il connaît les rues de sa ville par cœur, mais il préfère passer par les toits, car on gagne du temps, et c'est bien plus exaltant !
Accompagné de sa canne-épée, de son gilet à douze poches et de son haut-de-forme, Edgar est doué d'une agilité qui lui permettra de se sortir de bien des difficultés.

Chronique

Il se passe des choses étranges autour d'Edgar Destoits. Tout d'abord, les gens aisés se baladent avec des fourrures au lustre extraordinairement brillant, comme une nouvelle mode semble le prescrire. Ensuite, son ami, Benjamin, ancien cocher souffreteux, disparaît en laissant derrière lui des traces bizarres. Enfin, le coursier-livreur est bouleversé par la rencontre inopinée d'un loup féroce et gigantesque sur les toits de la ville. Tous ces phénomènes pour le moins inquiétants n'empêcheront pas Edgar de mettre sa vie en péril pour élucider ce qui est arrivé à son ami.
Dans la cité noire et enfumée où l'industrie est en plein boum, où un fossé aussi bien humain que géographique sépare les riches des pauvres, le héros évolue dans un milieu horrible et fascinant. Les illustrations en noir et blanc, alternant portraits et ombres chinoises, soulignent l'étrangeté de l'atmosphère du roman qui ne peut manquer d'évoquer Dickens. On est pris par l'intrigue bien ficelée et haletante. À ne pas lire avant d'aller se coucher !

Citation

J'ai le devoir de continuer, puisqu'en racontant mon aventure, je pourrai peut-être dévoiler le cœur noir de notre grande ville affairée.

Rédacteur: Valérie Sebag samedi 27 septembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page